Affichage des articles dont le libellé est chaudière. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est chaudière. Afficher tous les articles
6 mars 2019

Qu'est-ce qu'un inhibiteur de corrosion ?

inhibiteur de corrosion boues tartre circuit chauffage

Sur vos devis d'installation ou de remplacement de chaudière ou de pompe à chaleur, dans le cadre d'un nettoyage de plancher chauffant, etc… vous pouvez voir apparaître la fourniture et l'injection dans le circuit de chauffage d'un produit chimique appelé « inhibiteur de corrosion » proposé par des installateurs sérieux.

Pour rappel, les moyens de lutte contre la corrosion peuvent se présenter sous diverses formes :
  • l'isolation physique par des revêtements, métallique (ex. acier galvanisé), le plus souvent organique (ex. peinture), voire minéral (fonte revêtue de mortier de ciment)
  • le maintien des caractéristiques chimiques de l'eau dans un état réduisant au maximum les vitesses de corrosion ;
  • l'application de potentiels électrochimiques, soit à partir d'un matériau sacrificiel (anode magnésium), soit à partir de sources extérieures (protection cathodique) ;
  • ou enfin l'ajout d'inhibiteurs de corrosion dans l'eau.
Les inhibiteurs de corrosion sont ainsi des produits chimiques, généralement sans danger, qui, ajoutés à l'eau du chauffage par exemple, vont réduire la vitesse de corrosion des matériaux véhiculant ou recevant ce fluide (ex. des radiateurs).

Cependant, l'efficacité de la plupart des inhibiteurs de corrosion est considérablement influencée par les caractéristiques chimiques de l'eau (voir « importance de la qualité de l'eau de chauffage ») et les conditions physiques comme la température et la vitesse d'écoulement.

On trouve sur le marché des inhibiteurs anodiques, cathodiques, « filmants » et absorbeurs d'oxygène suivant leur mode d'action.

Inhibiteur anodique

Les inhibiteurs anodiques forment un film protecteur sur les surfaces anodiques en bloquant la réaction électrochimique de dissolution du métal :

Fe → Fe2+ + 2e-

Les inhibiteurs anodiques du fer sont classés en produits « oxydants » et « non oxydants » suivant leur capacité à accélérer ou non la réaction d'oxydation du fer ferreux en fer ferrique :

Fe2+ → Fe3+ + e-

La formation rapide de Fe3+ est essentielle à la formation de couches de passivation anodique stables. L'efficacité des inhibiteurs anodiques oxydants est indépendante de la concentration en oxygène dissous de l'eau à la surface, alors que les inhibiteurs anodiques non oxydants ont besoin d'une concentration correcte en oxygène. Si la vitesse de réaction est suffisamment rapide, l'inhibition anodique est produite par la formation d'une couche efficace de Lépidocrocite (γ-FeOOH).

Les inhibiteurs non oxydants agissent conjointement avec l'oxygène en catalysant l'oxydation de Fe2+ par l'oxygène, ou en améliorant l'imperméabilité physique de la couche de Lépidocrocite, ou par les deux processus.

Inhibiteur cathodique

La réduction cathodique de l'oxygène entraîne la production d'ions hydroxydes (OH–). Les inhibiteurs cathodiques sont solubles au pH moyen de l'eau, mais ils forment une couche protectrice sur les surfaces cathodiques en produisant un composé insoluble à pH élevé et non conducteur électriquement. Les inhibiteurs cathodiques sont en général utilisés pour renforcer l'action d'autres types d'inhibiteurs.

Inhibiteur mixte anodique/cathodique

Les formulations commerciales utilisées en traitement d'eau comprennent à la fois des inhibiteurs anodi­ques et cathodiques, ceci pour deux raisons :
  • l'association des deux types réduit le dosage global nécessaire par rapport à l'emploi d'un seul inhibiteur ;
  • les circuits traités uniquement avec des inhibiteurs anodiques sont sensibles à une corrosion par piqûres si le traitement est interrompu, sous-dosé ou incorrect de manière générale.
Cet emploi mixte a été établi dans les années 1950 lorsque l'utilisation de formulations zinc-chromates a commencé à se répandre. Le zinc est un inhibiteur purement cathodique tandis que les chromates fonctionnent comme un inhibiteur anodique. Lorsque les chromates étaient employés seuls, il fallait des doses importante d'ion chromate pour assurer une bonne inhibition de l'acier. L'emploi de zinc (Zn2+) en association avec des chromates permet d'appliquer des doses de chromate 20x moindre

Absorbeurs d'oxygène

Les inhibiteurs anodiques et cathodiques décrits ci-dessus agissent bien en présence de concentrations d'oxygène dissous résultant du contact normal de l'air et de l'eau. Dans des systèmes à haute température ou hermétiquement fermés, comme les circuits de chaudières ou de chauffage central domestique, l'efficacité passe par la réduction de l'oxygène dissous de l'eau à de très faibles valeurs. Les produits chimiques utilisés à cette fin sont habituellement des agents réducteurs appelés « absorbeurs d'oxygène ».

Outre leur rôle dans la réduction des concentrations d'oxygène, certains absorbeurs d'oxygène favorisent la formation d'un film protecteur de magnétite. L'hydrazine et la carbohydrazine par exemple, favorisent la passivation par production de peroxyde d'hydrogène.

Inhibiteur organique

L'action de ces inhibiteurs est liée à la constitution d'un film mono-moléculaire entre le métal et l'eau. Ces produits sont souvent des agents tensioactifs « filmants » avec des groupements hydrophobe et hydrophile. L'extrémité hydrophile se fixe sur la surface du métal tandis que l'extrémité hydrophobe forme une barrière entre l'eau et la surface du métal.

Les amines filmantes sont couramment utilisées comme inhibiteurs de corrosion dans les circuits de condensats de vapeur. Ces amines grasses comportent 4 à 18 atomes de carbone, s'orientent parallèlement les unes aux autres et, perpendiculairement aux parois, constituent un film continu et imperméable.

Protection des métaux non ferreux : cuivre et aluminium

Un grand nombre de circuits contiennent du cuivre ou des alliages cuivreux. Or le cuivre est plus noble que le fer. Dans une eau pure, le cuivre se trouve dans un état d'immunité. En pratique, les alliages cuivreux sont prédisposés à la corrosion en raison de la présence d'agents oxydants forts tels que le chlore élémentaire ou de polluants agressifs comme l'ammoniaque.

La corrosion des alliages cuivreux est préjudiciable non seulement à cause des dégradations qu'elle provoque sur les éléments affectés, mais aussi en raison des effets du cuivre dissous (Cu2+) dans l'eau. Ce cuivre peut être réduit en Cu métallique sur les surfaces d'autres métaux ferreux, induisant des conditions favorables à la corrosion galvanique.

Les inhibiteurs les plus largement employés pour les alliages cuivreux sont les dérivés azolés.

L'aluminium est particulièrement sensible à la corrosion électrolytique. Les inhibiteurs les plus courants sont les silicates, les phosphates, les organo-azolés et les molybdates.

En pratique

L'inhibition de la corrosion n'est qu'un des aspects du traitement d'eau dans un circuit de chauffage. Il convient aussi de lutter contre l'entartrage et à la prévention des développements microbiologiques. Ainsi l'emploi d'inhibiteurs de corrosion doit être compatible avec tous les autres traitements de l'eau, les caractéristiques du circuit et ses paramètres de fonctionnement.

Sur le marché résidentiel, on retrouve généralement les 3 produits professionnels suivants (sachant que nous vous déconseillons vivement l'emploi de produits « exotiques » de GSB notamment 2 en 1, à savoir désembouant + inhibiteur !) :

Sentinel X100 Inhibiteur : composé d'un mélange unique d'inhibiteurs de corrosion spécifiques et très puissants, qui ciblent chacun une famille de métaux pour une protection inégalée des installations multi-métaux ; formulation qui offre une protection contre la corrosion, le calcaire, les bruits de chaudières et la formation d'hydrogène dans les radiateurs, chaudières, planchers chauffants, échangeurs …


Fernox Protector F1 : garantit une protection durable des installations de chauffage central domestiques contre la corrosion interne et la formation de tartre ; empêche la corrosion de tous les métaux présents dans ces installations, c'est-à-dire les métaux ferreux, le cuivre et les alliages de cuivre, ainsi que l'aluminium.


BWT Solutech Protection Intégrale : produit préventif complet contre le tartre, la corrosion, les boues et les dépôts organiques (algues et bactéries) avec un agent « antifouling » inclus ; compatible tous matériaux aluminium inclus.

expérience protection inhibiteur de corrosion Intérêt d'un inhibiteur de corrosion : à gauche, du cuivre, de l'acier, de l'inox et un peu d'alu dans 15cl d'eau du robinet non traitée ; à droite, mêmes matériaux dans 15cl d'eau traitée avec l'inhibiteur Sentinel X100 à 1% (source : www.chauffage-vincent.fr).

Intérêt d'un inhibiteur de corrosion : les deux éprouvettes fermées contient chacune un clou en acier ; toutes deux sont remplies d'eau, mais une seule contient l'additif inhibiteur de corrosion X100 de Sentinel ; l'une des deux éprouvettes conserve une eau limpide, tandis que l'autre est le siège de fines particules de rouilles en suspension dans l'eau. (source : Sentinel).


L'efficacité ou la « durée de vie » d'un inhibiteur de qualité professionnelle est généralement d'environ 5 ans en considérant des appoints inférieurs à 10% du volume total du circuit.

Pour un résultat optimal de l'inhibiteur, les installations doivent être « propre », c'est-à-dire nettoyées / désembouées et rincées.

Enfin, l'injection d'un inhibiteur de corrosion ne dispense pas de la pose d'un désemboueur magnétique sur une installation.
25 février 2019

Rappel des restrictions d'installation des chaudières « non-condensation » type B1 / Bas-NOx


Bien que les chaudières de type « B1 » n'aient pas encore dit leur dernier mot pour 2019, afin de répondre aux nouvelles exigences de l'ERP en termes d'émissions d'oxydes d'azote (NOx), il convient néanmoins de rappeler les règles dorénavant en vigueur pour permettant l'installation de ce type de ce chaudière.

Pour rappel, les chaudières de type « B1 » sont des chaudières dites à « tirage naturel » :
  • qui prélèvent l'air comburant directement dans la pièce où elles sont installées ;
  • qui sont équipées d'un coupe-tirage anti-refouleur ;
  • qui sont destinée à être raccordée à un conduit d'évacuation à tirage naturel (ex. type cheminée ou VMC Gaz).

En raison de la perte d'efficacité que cela entraînerait, l'utilisation de ces chaudières est interdite en logement individuel. Ainsi l'arrêté du 22 mars 2017 modifiant l'arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants, précise clairement selon l'article 16 : « Une chaudière non étanche à coupe-tirage de type B1 ne peut être installée, y compris en remplacement d'une chaudière du même type, qu'en logement collectif sur un conduit commun à plusieurs logements existants, ou en logement collectif sur un conduit individuel de plus de 10 mètres de longueur. »

Sachant que :
  • les fabricants et importateurs ne doivent mettre sur le marché que des appareils répondant aux exigences de l'ErP (voir ci-après) ;
  • les appareils fabriqués avant le 26 septembre 2018 peuvent continuer à être vendus jusqu'à épuisement des stocks.

La Directive Européenne Eco-conception (ErP) fixe des exigences pour la mise sur le marché et/ou la mise en service des dispositifs de chauffage des locaux et des dispositifs de chauffage mixtes (assurant aussi la production d'eau chaude), dont la puissance thermique nominale est ≤ 400 kW ; ces produits doivent aussi présenter un rendement minimal saisonnier (ETAS) de 86% PCS, ce qui impose de fait la MISE EN PLACE DE CHAUDIERE A CONDENSATION (ou HPE : Haute Performance Energétique) dans l'habitat individuel et dans le tertiaire, exception faite pour les chaudière RACCORDÉES À DES CONDUITS DE FUMÉES COLLECTIFS dans l'habitat collectif.

Sont concernées par cette exception les chaudières à gaz de type « B1 » suivantes :
  • chauffage seul de puissance thermique nominale ≤ 10 kW
  • mixte (chauffage + eau chaude sanitaire) de puissance thermique nominale ≤ 30 kW

Sont concernées par cette exception, EN LOGEMENT COLLECTIF UNIQUEMENT, les conduits de fumées suivants :
  • le conduit « Shunt »
  • le conduit « VMC gaz »
  • le conduit « Alsace »
  • le conduit pour alvéole technique gaz (ATG)

Enfin depuis le 26 septembre 2018, il existe également de nouvelles exigences portent sur les émissions de NOx des appareils de chauffage et de production d'eau chaude. « NOx » est le terme générique qui englobe un groupe de gaz hautement réactifs, tous contenant de l’azote et de l’oxygène dans des quantités différentes. Ils sont une source de pollution de l’air : ils contribuent à l’effet de serre et au dérèglement climatique et sont acidifiants et eutrophisants.

Ainsi pour TOUTES LES CHAUDIÈRES À GAZ mises sur le marché actuellement, SANS EXCEPTION, les émissions d'oxydes d'azote (NOx) exprimées en dioxyde d'azote doivent être inférieures à 56 mg/kWh PCS de combustible, équivalant à la classe de NOx 6.

En conclusion, ceci impose que pour le remplacement d'une chaudière de type « B1 » qui utilise un des 4 type de conduits de fumées autorisés, il y a dorénavant l'obligation de faire installer une chaudière certifiée « Bas-NOx » (ceci doit être clairement mentionné sur vos devis). C'est le cas par exemple de ces 2 modèles (qui existent en mode d'évacuation cheminée ou VMC Gaz) :


En complément :
  • depuis le 26 septembre 2018, les émissions d'oxydes d'azote des chauffe bains à gaz, exprimées en dioxyde d'azote doivent aussi être inférieures à 56 mg/kWh PCS de combustible
  • le dernier niveau d'un logement collectif équipé d'un conduit collectif Schunt est généralement équipé d'un conduit individuel (de moins de 10m de haut) et doit donc être équipé d'une chaudière à condensation
  • une maison individuelle équipée d'une VMC double flux gaz doit être équipée d'une chaudière à condensation étanche
16 juillet 2018

Sentinel Eliminator Vortex300 : nouvelle solution de filtration magnétique puissante et compacte !

Sentinel Eliminator Vortex300
Avec son filtre Sentinel Eliminator lancée en 2014, Sentinel apportait déjà une réponse haute technologie et ultra-performante pour garantir l'élimination de tous les débris dans une installation de chauffage. Fin 2017, Sentinel lançait sur le marché français l'Eliminator Vortex500, spécialement dévolu aux installations de taille moyenne comme pour le collectif. Cette année, une déclinaison de ce dernier, l'Eliminator Vortex300, est lancée, une filtration magnétique puissante et surtout particulièrement compacte, qui sera très appréciée sur les chantiers aux configurations exiguës, de plus en plus nombreuses, avec la généralisation des chaudières murales haut rendement ou à condensation. Il capture à la fois les débris magnétiques et non magnétiques nocifs pour l'installation.

Pour rappel, les débris en suspension (magnétiques et non magnétiques) présents dans les circuits de chauffage s'avèrent particulièrement néfastes au bon fonctionnement d'une installation de chauffage central. En effet, ils sont à l'origine de la constitution de boues générant des pertes de rendement en matière de chauffage, mais aussi des défaillances prématurées ou encore de pannes des équipements de chauffage, voir jusqu'à des colmatages irrémédiables des tuyauteries.


A l'instant de son grand frère l'Eliminator, le Sentinel Vortex300 est un filtre compact (dimensions : hauteur 205 mm x largeur 76 mm) adapté pour sa part aux débits importants (jusqu'à 50 litres/minute), s'installant simplement sur une installation neuve ou existante, et ce quelle que soit l'orientation de la tuyauterie grâce à son raccord en T orientable à 360° équipé de vannes (22 mm ou 3/4'') en laiton de haute qualité. A l'instar de la gamme Sentinel Eliminator, l'Eliminator Vortex300, fabriqué dans des matériaux robustes issus de l'industrie automobile, associe une filtration magnétique puissante à la technologie VortexCore afin de garantir une captation/rétention totale de tous les débris. Les doubles joints sont testés sous pression pour chaque filtre permettant à Sentinel d'appliquer une garanti 10 ans !

sentinel eliminator vortex coupe

VortexCore intervient ainsi sur la vitesse de l'eau en circulation en favorisant une durée de contact optimale entre les débris et les puissants aimants (champ de 9.000 gauss) pour maximiser la séparation et la capture des débris. Sentinel confirme d'ailleurs à ce titre que le filtre Eliminator Vortex300, équipé de double joints, capture plus de débris que d'autres filtres compacts du marché. Autre atout, avec Eliminator Vortex300, il n'y a pas lieu de craindre à un risque de blocage du filtre, car même lorsque le réservoir (300 ml) est plein, la circulation est maintenue. Son nettoyage ou sa maintenance restent toujours aussi simple : l'utilisateur peut, sans outil, ouvrir et visualiser les débris capturés dans le réservoir grâce à une bague amovible, ou retirer l'aimant et lancer une chasse via la vanne de vidange sécurisée.

31 juillet 2017

Viessmann Vitocrossal 100 CI1 - chaudière gaz à condensation moyenne puissance


De conception innovante, la chaudière à condensation gaz Viessmann « Vitocrossal 100 CI1 » permet d'allier des dimensions extrêmement compactes, un fort volume d'eau et des pertes de charge très faibles, pour une exploitation sans débit minimum d'irrigation, une solution idéale pour les chaufferies d'immeubles d'habitation que pour les ERP.

Avec l'application de la réglementation européenne 813/2013 depuis le 26 septembre 2015 (directive ErP - Energy related Products), l'intégration dans les chaufferies de générateurs à condensation est aujourd'hui une évidence et se généralise fortement. Investir dans une chaudière moderne à haut rendement incluant cette technologie permet en effet aux entreprises, bailleurs et collectivités de générer de suite des économies d'énergie non négligeables mais aussi de contribuer à la protection de l'environnement par des dégagements de CO2 réduits.

Leader européen de cette technologie avec une offre particulièrement large, Viessmann propose depuis avril la « Vitocrossal 100 CI1 », un nouveau modèle de chaudière gaz à condensation révolutionnaire dans sa conception, particulièrement compact et d'un rapport qualité prix remarquable.

1 juin 2017

Frisquet CONNECT : votre chaudière Frisquet connectée à internet !



Nous vous proposons de découvrir la box « FrisquetCONNECT », la nouvelle fonctionnalité du fabricant français de chaudières gaz qui peut s'ajouter dorénavant à leurs produits afin de répondre à la demande des utilisateurs de pouvoir piloter leur chauffage gaz à distance.

Avec « Frisquet Connect », les utilisateurs peuvent ainsi retrouver le design et les fonctions de la régulation « Eco Radio System Visio » directement sur leur smartphone ou tablette numérique, et ce même pour des chaudières Frisquet de quelques années mais déjà équipées de cette régulation avec l'utilisation d'un pack spécifique (voir ci-dessous).

15 mars 2017

Comparatif : quel thermostat connecté choisir ?


On assiste depuis quelques mois (bien que certains produits existent depuis plusieurs années) à l'annonce et la commercialisation de nouveaux thermostats d'ambiance connectés ou dits « intelligents » à raccorder sur votre système de chauffage pour réaliser des économies d'énergie. Ce sont des dizaines de modèles qui existent aujourd'hui comme le thermostat « Nest » de Google ou encore le thermostat « Netatmo » pour ne citer que les plus connus. Ces thermostats sont qui plus est éligibles au Crédit d'Impôt pour la Transition Energétique de 30% (CITE) et à la prime « économies d'énergie » (CEE) ce qui les rend aujourd'hui particulièrement attractifs. Ces thermostats nouvelle génération sont une petite « révolution » comme diraient certains. Mais peuvent-ils réellement s'adapter à tout système de chauffage (gaz, fioul, pompe à chaleur, radiateur électrique …) et vous faire économiser jusqu'à 30% de votre facture d'énergie comme le promettent leurs concepteurs ? Nous proposons de découvrir en détail quelques unes des solutions existantes actuellement.

Notre sélection de thermostats connectés (sans ordre de préférence) que nous avons pu  à de nombreuses reprises tester et installer chez nos clients et qui nous sont apparus les plus performants, fonctionnels et simple d'usage :
  • Thermostat Netatmo (ou MiGo si vous possédez une chaudière Saunier Duval)
  • Thermostat Google Nest v3
  • Thermostat Qivivo
  • Solution Honeywell Evohome
Découvrez-les en détails ci-après.


29 janvier 2017

Comment protéger la carte électronique de sa chaudière ou de tout générateur de chauffage ?

surtension electrique carte electronique chaudiere maison

En parcourant notamment les forums, nombreux sont les utilisateurs à se plaindre du remplacement fréquent de la carte électronique de leur chaudière, « accusant » immédiatement le fabricant de tous les maux. Quand on sait qu'une carte électronique coûte généralement dans les 300-400 euros HT, on peut le comprendre.

Mais si une carte électronique peut effectivement « lâcher », notamment dans les premiers mois de vie de l'installation, lorsque l'on commence à avoir régulièrement cette panne, il convient de se poser les bonnes questions !

Quelles sont les causes ?

Pour notre part, nous nous rendons compte en maintenance chaudière qu'il y a effectivement un risque dans les premiers mois après la mise en service. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous avons choisi de garantir 4 ans toutes pièces (hors choc électrique avéré) les produits que nous posons/entretenons, inclus donc aussi leur électronique. Ainsi, le client est protégé d'éventuelles dépenses et peut-être un peu plus serein. Car c'est effectivement soit dans les premiers jours (si ce n'est même au déballage - DOA : Dead On Arrival !) ou dans les 3-4 ans que les cartes lâchent ...

Donc une carte électronique qui lâche, pourquoi pas ! Deux, il y a fort à parier que vous en aurez certainement une 3ème dans pas longtemps !

Car même si assez souvent, le fameux diagnostic de la carte grillée est donné soit par l'incompétence de la société de maintenance (le niveau de formation n'étant pas forcément tiré par le haut), ou soit d'une volonté de sa part faire de la marge sur votre dos et vendre de la pièce (notamment quand on sait que sur 5 cartes soi-disant HS qui partent chez le fabricant, 3 à  4 sont en réalité OK et retournent sur le marché de la pièce détachée !), il s'agit aussi fréquemment tout simplement d'un « problème » sur son installation électrique, même si cela n'est pas toujours facile à entendre …

Car c'est bien tout le « problème » aujourd'hui de l'électronique embarquée dans tous les appareils, que ce soit des chaudières ou tout autre équipement, et ce aussi quelques soient les marques. Ces petits « cerveaux », surtout dans leurs premiers instants de vie, sont en effet très sensibles à la qualité du courant. Et quoi qu'on puisse en penser, très souvent, celle-ci n'est vraiment pas terrible dans nos habitations, même sur des installations neuves ! On ne s'en rend bien sûr pas compte au quotidien, mais si réellement on la surveillait en continu avec des appareils de mesure, on serait vraiment surpris. Et encore pire lors d'orages. C'est d'ailleurs assez flagrant avec tous les SMS que l'on peut recevoir aujourd'hui (principe de précaution) de son fournisseur d'accès internet nous invitant à couper sa box à l'approche d'une zone orageuse : à quand un message de son chauffagiste nous invitant à couper sa chaudière. Nul doute que la recommandation ne sera pas vraiment suivie pour se retrouver sans eau chaude ou chauffage 😏

Or les cartes électroniques des chaudières sont aujourd'hui toutes aussi sensibles que celles présentes dans une box internet, une télévision etc... A chaque épisode orageux, vous avez effectivement un risque (nous disons bien dit « risque ») qu'un appareil raccordé au réseau électrique chez vous, la chaudière en faisant partie, « grille » avec plus ou moins de gravité. Les violents impacts de foudre mettent en effet à mal les électroniques des équipements (et ce même si le compteur ne disjoncte pas forcément ou que l'équipement ne tombe pas immédiatement en panne) par des variations importantes de la tension, vieillissant prématurément les composants électroniques. Ces variations sont issues des fameux « LEMP - Lightning Electromagnetic Pulse », des surtensions liées à des facteurs atmosphériques comme l'impact direct de la foudre ou à proximité immédiate, ou des champs induits de chocs électromagnétiques.

cause surtension electrique choc foudre

Lors de l'impact direct ou à proximité immédiate d'un éclair, les surtensions sont générées par une chute de tension au niveau de la résistance de terre et par l'augmentation de potentiel résultante du bâtiment par rapport à son environnement éloigné. Cette situation soumet les installations des bâtiments à de fortes contraintes. Outre la chute de tension au niveau de la résistance de terre, sont également générées des surtensions qui se propagent dans les installations électriques d'un bâtiment (ex. alimentation basse tension, lignes/câblages de télécommunication ou de commande) et dans les systèmes et appareils associés du fait de l'effet d'induction du champ de choc électromagnétique.

Les installations électriques en tant que telles peuvent aussi générer des perturbations néfastes à une chaudière. Si vous avez fréquemment des problèmes sur vos équipements, sans forcément qu'il y ait des événements climatiques orageux, il convient de faire vérifier sérieusement votre installation électrique, notamment le tableau. Parfois, le problème peut venir en amont de votre tableau (ex. connecteurs aériens sur un poteau électrique !). Ceci est arrivé à une personne de notre équipe qui pendant plusieurs mois a subi des pannes de ses équipements électroniques (écran d'ordinateur, plaque de cuisson électrique, portail automatique ...) sans comprendre, la tension mesurée étant correcte au moment du contrôle. Il s'avère qu'il s'agissait d'un défaut sur connecteur aérien qui engendrait des baisses de tensions aléatoires sur le réseau intérieur (mesurées parfois à 110V) : les équipements électroniques n'aiment vraiment pas ce type de variations.

Enfin, une chaudière doit être normalement raccordée sur une alimentation dédiée, fixe (pas de prise murale) et protégée au tableau électrique : à éviter par exemple la machine à laver le linge branchée sur une multiprise avec la chaudière !! Nous le rencontrons malheureusement fréquemment ...


Quelles solutions ?

Nos clients nous questionnent alors de savoir s'il aurait un quelconque intérêt de positionner un onduleur en amont de la chaudière pour en protéger ses éléments électroniques.

Il nous arrive en effet quelques fois de préconiser à certains de nos clients (en tous cas pour certaines zones géographiques particulièrement exposées, maisons isolées), non pas la pose d'un onduleur, mais plutôt celle d'un régulateur de tension,  encore appelé « AVR » pour Automatic Voltage Regulator, pour leurs chaudières ou autres générateurs que nous leur avons installés. Un onduleur pourrait aussi répondre au besoin mais reste peut-être un peu disproportionné pour une simple chaudière en n'ayant pas forcément besoin d'assurer une continuité de service.

Un AVR est généralement utilisé pour les appareils et les équipements disposant de dispositifs électroniques qui peuvent être sensibles aux surtensions (ou sous-tensions) électriques. C'est aujourd'hui aussi le cas des chaudières, voir même aujourd'hui de certains « frigo » haut de gamme avec tablette intégrée ! Un AVR est aussi un produit relativement abordable, autour des 70-80 euros TTC.

Un régulateur est normalement rarement utilisé pour une chaudière sachant qu'il est même parfois indiqué dans la notice : « Ce régulateur ne convient pas pour la protection des réfrigérateurs, des congélateurs, des outils électriques, des climatiseurs, des déshumidificateurs, des mélangeurs et des autres appareils dotés d'un moteur à courant alternatif ». Or dans une chaudière, il y a toujours au moins un circulateur qui fonctionne en courant alternatif.

Mais par expérience, ça fonctionne aussi parfaitement pour une chaudière. Nous avons plusieurs dizaines d'AVR en service qui ont déjà « sauvés » pas mal d'équipements ! La pompe/circulateur de l'installation ne pose en effet aucun problème. Le fabricant indique surtout ceci dans la notice comme toujours pour se protéger d'un éventuel utilisateur qui raccorderai par exemple un compresseur de pompe à chaleur en direct ! Dans le cas présent, vous pouvez sans problème raccorder un moteur de pompe à un AVR tant qu'il ne dépasse pas les spécifications de l'AVR. Ainsi, ce n'est pas la « pompinette » (i.e. le ou les circulateurs) d'une chaudière domestique qui va causer problème à un AVR de 1.200VA !

Le risque serait d'ailleurs plus présent si le rotor de la pompe se bloquait et provoquait un courant LRA (Locked Rotor Ampere) trop important. Mais aujourd'hui, les pompes sont généralement raccordées à la platine de la chaudière (qui va donc sauter avant si ce n'est pas déjà la pompe !), voir sont des pompes électroniques qui vont savoir se réguler automatiquement et s'arrêter si elles se bloquent ...

Nous n'utilisons pour notre part les produits APC (APC AVR LINE-R 1200VA - réf. LE1200I), certainement par habitude, et n'ayant jamais eu à nous plaindre de leurs produits, AVR ou onduleurs. Cette marque est en effet une référence depuis maintenant près de 40 ans ... A l'époque, quand on pensait « protection électrique », c'était APC qui venait à l'esprit : les réflexes ont la vie dure tant que l'on est satisfait ! A savoir aussi que chez APC, la garantie est au moins de 2 ans.

APC Line-R LE1200I protection carte électronique chaudiere


Pour finir aussi, sachez que si votre installation a été victime de violents orages, votre assurance multirisque habitation peut certainement, suivant le contrat souscrit, prendre en charge les réparations.