17 mars 2021

Calcaire : toutes les chaudières sont sensibles !


Que ce soit pour une chaudière, un chauffe-eau, une pompe à chaleur..., nous recommandons systématiquement à tous nos clients de les alimenter avec une eau de qualité, propre (sans limon / boues), et de les protéger aussi des effets néfastes du calcaire : surconsommation, pannes sur des organes pourtant robustes (circulateur, corps de chauffe), baisse de débit ...

Les produits « nouvelles générations » disposent d'organes plus fins (ex. tubulures, échangeur à plaques, corps de chauffe, ...) très sensibles à la qualité de l'eau et aux dépôts de tartre ou de boues, et ce quelle qu'en soit leur marque. Pour bénéficier de leur garantie, tous les fabricants de chaudières se couvrent aujourd'hui et exigent dans leur documentation utilisateur, d'une part un désembouage du circuit de chauffage lors d'un remplacement, ainsi qu'une alimentation en eau non calcaire (dureté aux alentours de 15°f), non corrosive, et non chargée.

De par le discours malhonnête de certains installateurs, clamant que LA chaudière qu'ils leur proposent est « la plus robuste du monde », certains de nos clients doutent malheureusement du sérieux de notre message et de nos conseils en matière de qualité d'eau. Surtout lorsqu'ils remplacent une chaudière de + de 20 ou 30 ans sans aucun problème de calcaire.

Et pourtant à nouveau, tous les plus grands constructeurs l'indiquent (certes de manière plus ou moins évidente) dans leurs documentations commerciales, tarifs ou manuels installateur/utilisateur : les produits ont bien évolués, nous ne sommes plus en présence de la « grosse » chaudière de d'antan , et les duretés des eaux distribuées ont parfois fortement augmentées ! Nous avons donc décidé d'écrire cet article pour aider nos clients à y voir un peu plus clair et remettre à leur place quelques idées reçues !

Voilà par exemple ce que l'on peut trouver dans les conditions de garantie de 3 grands fabricants de matériels de chauffage pour l'application de leur garantie constructeur :

Viessmann
La garantie ne s'étend pas aux dégâts provoqués par :
- les dépôts ou les précipitations de minéraux (i.e. calcaire), de boues ou autres corps étrangers ainsi que la corrosion causée par l'oxygène de l'air dissous dans l'eau de la chaudière
- une eau agressive (i.e. trop douce), un mauvais traitement chimique de l'eau de la chaudière, un remplissage des préparateurs avec de l'eau qui ne remplit pas les conditions minimales de l'eau potable ou qui a été mal traitée, un mauvais nettoyage mécanique d'un préparateur.

Saunier Duval (notice utilisateur ThemaPlus Condens réf. 0020078810_01 - 11/09 - page 8)
La garantie pièces constructeur ne couvre pas : les détériorations consécutives à des modifications de la nature ou de la pression inadéquate ou irrégulière de l'eau ou du gaz, de la qualité de l'eau (tels que par exemple, calcaire, entartrage, embouage...) où à un changement de caractéristiques de la tension d'alimentation.

Frisquet : même avec cette marque, que pourtant certains "professionnels" présentent comme proposant des produits totalement insensibles au calcaire, le fabricant vous recommande de protéger votre chaudière Frisquet ! Vous pouvez ainsi lire ceci en page 18 du manuel utilisateur Frisquet (à télécharger pour preuve !) :
Votre chaudière est peu sensible à l'entartrage, néanmoins lorsque les teneurs dépassent une certaine limite, le calcaire sera cristallisé. Il se crée un entartrage de l'échangeur sanitaire mais aussi des machines à laver, robinets, etc. On classifie les eaux selon leur teneur en calcaire :

- Moins de 12°f : Eau douce
- De 13° à 24°f : Eau dure
- Plus de 25°f : Eau très dure
Rappel : 1°f = 10 grammes de calcaire par m3 d'eau, 24°f = 240 grammes de calcaire par m3 d'eau

Mise en garde : Si vous habitez une région où l'eau est dure ([NDLR] donc déjà à partir de 13°f pour Frisquet !) ou très dure, il y a lieu de prévoir un dispositif éliminant ou limitant les effets néfastes du calcaire. Votre installateur vous conseillera sur les différents systèmes efficaces. Attention, un adoucisseur doit être régulièrement vérifié. Il est indispensable pour la santé des utilisateurs et la durée de vie des appareils de maintenir les paramètres physico chimiques à des valeurs minimum : TH 8°f - PH 7,5 - Chlorures < 50mg/l

Certains opposent aussi souvent la production d'eau chaude avec échangeur à plaques à la production ECS par serpentin (préparateur ECS), en indiquant aux clients que cette dernière serait insensible au calcaire. Il n'en est rien ! Certes si par exemple une Frisquet Hydroconfort vous ne respectez pas les préconisations fabricant en termes de qualité d'eau (dureté), vous n'aurez peut-être pas de panne immédiate / franche comme vous l'auriez avec un système à échangeur à plaques. Mais en revanche avec un échangeur non protégé, vous serez assuré de consomme tout simplement jusqu'à 30% de plus d'énergie pendant de nombreuses années avec un totalement entartré et ce sans vous en rendre compte ! Il faut savoir que 1mm de calcaire sur la surface d'un serpentin de ballon d'eau chaude entraîne environ une perte de rendement de 10% (20% pour 3mm, 35% pour 6mm, 50% pour 12mm !). Et le jour où vous vous en rendrez compte (forcément car à un moment vous n'aurez plus suffisamment d'eau chaude sanitaire tellement l'échangeur n'arrivera plus à passer la puissance pour chauffer l'eau), vous serez en plus obligé de faire réaliser un détartrage du ballon (plus ou moins facile suivant l'accessibilité) coûtant encore plusieurs centaines d'euros ! Et c'est donc pour cela qu'un fabricant sérieux comme Frisquet informe ses clients de la nécessité d'avoir une eau de qualité pour leurs produits !

A nouveau, il en va de même avec TOUS les fabricants (vous trouverez les mêmes indications dans leurs documentations) qui cherchent aujourd'hui tout simplement à se protéger (légalement et en terme d'image), subissant de plus en plus d'attaques en règles de clients par exemple sur le net pour la résistance au calcaire de leurs produits, les duretés de nos eaux ne faisant malheureusement que grimper dans certaines régions ! Or ils préviennent tous dans leurs notices. A l'installateur donc, d'informer avec sérieux son client et de faire respecter les préconisations fabricants ...

Car avec le notice utilisateur, vous êtes clairement mis en garde directement par le fabricant. Si on vous parle d'adoucissement d'eau, ce n'est pas forcément que vous êtes en présence d'un commercial cherchant à vous « fourguer » un adoucisseur ! Ainsi, lorsqu'un professionnel sérieux vous conseil sur l'importance de protéger votre installation, c'est que ce dernier connait les exigences constructeurs permettant de garantir les performances et le longévité à votre équipement, et d'être aussi certain de pouvoir bénéficier tout simplement de la garantie constructeur. C'est un devoir de conseils !

Voir aussi : Comment déterminer la dureté de son eau ?

2 février 2021

Adoucisseur d'eau : tout savoir en 10 questions !

adoucisseur la vérité sur l'eau adoucie

Nous vous proposons de répondre aux 10 questions qui reviennent le plus souvent chez nos clients ou sur les forums internet sur l'adoucisseur et l'eau adoucie, afin de vous aider dans votre choix, mais aussi pour rétablir certaines vérités !

Car malheureusement, beaucoup de désinformations sont colportées, notamment par des personnes souvent mal attentionnées (comme des « vendeurs » uniquement d'anti-tartres - magnétiques - plus ou moins efficaces comme de vulgaires aimants à poser sur sa tuyauterie !), en tronquant par exemple les textes officielles pour les tourner à leur avantage, entretenant les idées reçues sur les adoucisseurs...

8 janvier 2021

Comment régler / optimiser une courbe de chauffe

Aujourd'hui, une installation de chauffage performante, confortable et économique devrait obligatoirement être pilotée par une régulation utilisant une courbe de chauffe ou dite encore sur « loi d'eau ». Il est ainsi vraiment navrant d'entendre encore, de la bouche même de certains installateurs, qu'avec une sonde extérieure pour des radiateurs (même dimensionnés « au plus juste ») les habitants vont avoir froid en hiver !

Il n'est pas rare non plus de rencontrer des installations de chauffage possédant une telle régulation mais dont les capacités ne sont pas exploitées à leur maximum, bien souvent par incompréhension du fonctionnement, un mauvais réglage ou un manque de conseils avant-vente, entraînant alors bien souvent un inconfort pour les occupants (et une mauvaise image de cette régulation auprès du public), voir une surconsommation ...

6 janvier 2020

Comparatif : quel thermostat connecté choisir ?


On assiste depuis quelques mois (bien que certains produits existent depuis plusieurs années) à l'annonce et la commercialisation de nouveaux thermostats d'ambiance connectés ou dits « intelligents » à raccorder sur votre système de chauffage pour réaliser des économies d'énergie. Ce sont des dizaines de modèles qui existent aujourd'hui comme le thermostat « Nest » de Google ou encore le thermostat « Netatmo » pour ne citer que les plus connus. Ces thermostats sont qui plus est éligibles au Crédit d'Impôt pour la Transition Energétique de 30% (CITE) et à la prime « économies d'énergie » (CEE) ce qui les rend aujourd'hui particulièrement attractifs. Ces thermostats nouvelle génération sont une petite « révolution » comme diraient certains. Mais peuvent-ils réellement s'adapter à tout système de chauffage (gaz, fioul, pompe à chaleur, radiateur électrique …) et vous faire économiser jusqu'à 30% de votre facture d'énergie comme le promettent leurs concepteurs ? Nous proposons de découvrir en détail quelques unes des solutions existantes actuellement.

Notre sélection de thermostats connectés (sans ordre de préférence) que nous avons pu  à de nombreuses reprises tester et installer chez nos clients et qui nous sont apparus les plus performants, fonctionnels et simple d'usage :
  • Thermostat Netatmo (ou MiGo si vous possédez une chaudière Saunier Duval)
  • Thermostat Google Nest v3
  • Thermostat Qivivo
  • Solution Honeywell Evohome
Découvrez-les en détails ci-après.


6 mars 2019

Qu'est-ce qu'un inhibiteur de corrosion ?

inhibiteur de corrosion boues tartre circuit chauffage

Sur vos devis d'installation ou de remplacement de chaudière ou de pompe à chaleur, dans le cadre d'un nettoyage de plancher chauffant, etc… vous pouvez voir apparaître la fourniture et l'injection dans le circuit de chauffage d'un produit chimique appelé « inhibiteur de corrosion » proposé par des installateurs sérieux.

Pour rappel, les moyens de lutte contre la corrosion peuvent se présenter sous diverses formes :
  • l'isolation physique par des revêtements, métallique (ex. acier galvanisé), le plus souvent organique (ex. peinture), voire minéral (fonte revêtue de mortier de ciment)
  • le maintien des caractéristiques chimiques de l'eau dans un état réduisant au maximum les vitesses de corrosion ;
  • l'application de potentiels électrochimiques, soit à partir d'un matériau sacrificiel (anode magnésium), soit à partir de sources extérieures (protection cathodique) ;
  • ou enfin l'ajout d'inhibiteurs de corrosion dans l'eau.
Les inhibiteurs de corrosion sont ainsi des produits chimiques, généralement sans danger, qui, ajoutés à l'eau du chauffage par exemple, vont réduire la vitesse de corrosion des matériaux véhiculant ou recevant ce fluide (ex. des radiateurs).

Cependant, l'efficacité de la plupart des inhibiteurs de corrosion est considérablement influencée par les caractéristiques chimiques de l'eau (voir « importance de la qualité de l'eau de chauffage ») et les conditions physiques comme la température et la vitesse d'écoulement.

On trouve sur le marché des inhibiteurs anodiques, cathodiques, « filmants » et absorbeurs d'oxygène suivant leur mode d'action.

Inhibiteur anodique

Les inhibiteurs anodiques forment un film protecteur sur les surfaces anodiques en bloquant la réaction électrochimique de dissolution du métal :

Fe → Fe2+ + 2e-

Les inhibiteurs anodiques du fer sont classés en produits « oxydants » et « non oxydants » suivant leur capacité à accélérer ou non la réaction d'oxydation du fer ferreux en fer ferrique :

Fe2+ → Fe3+ + e-

La formation rapide de Fe3+ est essentielle à la formation de couches de passivation anodique stables. L'efficacité des inhibiteurs anodiques oxydants est indépendante de la concentration en oxygène dissous de l'eau à la surface, alors que les inhibiteurs anodiques non oxydants ont besoin d'une concentration correcte en oxygène. Si la vitesse de réaction est suffisamment rapide, l'inhibition anodique est produite par la formation d'une couche efficace de Lépidocrocite (γ-FeOOH).

Les inhibiteurs non oxydants agissent conjointement avec l'oxygène en catalysant l'oxydation de Fe2+ par l'oxygène, ou en améliorant l'imperméabilité physique de la couche de Lépidocrocite, ou par les deux processus.

Inhibiteur cathodique

La réduction cathodique de l'oxygène entraîne la production d'ions hydroxydes (OH–). Les inhibiteurs cathodiques sont solubles au pH moyen de l'eau, mais ils forment une couche protectrice sur les surfaces cathodiques en produisant un composé insoluble à pH élevé et non conducteur électriquement. Les inhibiteurs cathodiques sont en général utilisés pour renforcer l'action d'autres types d'inhibiteurs.

Inhibiteur mixte anodique/cathodique

Les formulations commerciales utilisées en traitement d'eau comprennent à la fois des inhibiteurs anodi­ques et cathodiques, ceci pour deux raisons :
  • l'association des deux types réduit le dosage global nécessaire par rapport à l'emploi d'un seul inhibiteur ;
  • les circuits traités uniquement avec des inhibiteurs anodiques sont sensibles à une corrosion par piqûres si le traitement est interrompu, sous-dosé ou incorrect de manière générale.
Cet emploi mixte a été établi dans les années 1950 lorsque l'utilisation de formulations zinc-chromates a commencé à se répandre. Le zinc est un inhibiteur purement cathodique tandis que les chromates fonctionnent comme un inhibiteur anodique. Lorsque les chromates étaient employés seuls, il fallait des doses importante d'ion chromate pour assurer une bonne inhibition de l'acier. L'emploi de zinc (Zn2+) en association avec des chromates permet d'appliquer des doses de chromate 20x moindre

Absorbeurs d'oxygène

Les inhibiteurs anodiques et cathodiques décrits ci-dessus agissent bien en présence de concentrations d'oxygène dissous résultant du contact normal de l'air et de l'eau. Dans des systèmes à haute température ou hermétiquement fermés, comme les circuits de chaudières ou de chauffage central domestique, l'efficacité passe par la réduction de l'oxygène dissous de l'eau à de très faibles valeurs. Les produits chimiques utilisés à cette fin sont habituellement des agents réducteurs appelés « absorbeurs d'oxygène ».

Outre leur rôle dans la réduction des concentrations d'oxygène, certains absorbeurs d'oxygène favorisent la formation d'un film protecteur de magnétite. L'hydrazine et la carbohydrazine par exemple, favorisent la passivation par production de peroxyde d'hydrogène.

Inhibiteur organique

L'action de ces inhibiteurs est liée à la constitution d'un film mono-moléculaire entre le métal et l'eau. Ces produits sont souvent des agents tensioactifs « filmants » avec des groupements hydrophobe et hydrophile. L'extrémité hydrophile se fixe sur la surface du métal tandis que l'extrémité hydrophobe forme une barrière entre l'eau et la surface du métal.

Les amines filmantes sont couramment utilisées comme inhibiteurs de corrosion dans les circuits de condensats de vapeur. Ces amines grasses comportent 4 à 18 atomes de carbone, s'orientent parallèlement les unes aux autres et, perpendiculairement aux parois, constituent un film continu et imperméable.

Protection des métaux non ferreux : cuivre et aluminium

Un grand nombre de circuits contiennent du cuivre ou des alliages cuivreux. Or le cuivre est plus noble que le fer. Dans une eau pure, le cuivre se trouve dans un état d'immunité. En pratique, les alliages cuivreux sont prédisposés à la corrosion en raison de la présence d'agents oxydants forts tels que le chlore élémentaire ou de polluants agressifs comme l'ammoniaque.

La corrosion des alliages cuivreux est préjudiciable non seulement à cause des dégradations qu'elle provoque sur les éléments affectés, mais aussi en raison des effets du cuivre dissous (Cu2+) dans l'eau. Ce cuivre peut être réduit en Cu métallique sur les surfaces d'autres métaux ferreux, induisant des conditions favorables à la corrosion galvanique.

Les inhibiteurs les plus largement employés pour les alliages cuivreux sont les dérivés azolés.

L'aluminium est particulièrement sensible à la corrosion électrolytique. Les inhibiteurs les plus courants sont les silicates, les phosphates, les organo-azolés et les molybdates.

En pratique

L'inhibition de la corrosion n'est qu'un des aspects du traitement d'eau dans un circuit de chauffage. Il convient aussi de lutter contre l'entartrage et à la prévention des développements microbiologiques. Ainsi l'emploi d'inhibiteurs de corrosion doit être compatible avec tous les autres traitements de l'eau, les caractéristiques du circuit et ses paramètres de fonctionnement.

Sur le marché résidentiel, on retrouve généralement les 3 produits professionnels suivants (sachant que nous vous déconseillons vivement l'emploi de produits « exotiques » de GSB notamment 2 en 1, à savoir désembouant + inhibiteur !) :

Sentinel X100 Inhibiteur : composé d'un mélange unique d'inhibiteurs de corrosion spécifiques et très puissants, qui ciblent chacun une famille de métaux pour une protection inégalée des installations multi-métaux ; formulation qui offre une protection contre la corrosion, le calcaire, les bruits de chaudières et la formation d'hydrogène dans les radiateurs, chaudières, planchers chauffants, échangeurs …


Fernox Protector F1 : garantit une protection durable des installations de chauffage central domestiques contre la corrosion interne et la formation de tartre ; empêche la corrosion de tous les métaux présents dans ces installations, c'est-à-dire les métaux ferreux, le cuivre et les alliages de cuivre, ainsi que l'aluminium.


BWT Solutech Protection Intégrale : produit préventif complet contre le tartre, la corrosion, les boues et les dépôts organiques (algues et bactéries) avec un agent « antifouling » inclus ; compatible tous matériaux aluminium inclus.

expérience protection inhibiteur de corrosion Intérêt d'un inhibiteur de corrosion : à gauche, du cuivre, de l'acier, de l'inox et un peu d'alu dans 15cl d'eau du robinet non traitée ; à droite, mêmes matériaux dans 15cl d'eau traitée avec l'inhibiteur Sentinel X100 à 1% (source : www.chauffage-vincent.fr).

Intérêt d'un inhibiteur de corrosion : les deux éprouvettes fermées contient chacune un clou en acier ; toutes deux sont remplies d'eau, mais une seule contient l'additif inhibiteur de corrosion X100 de Sentinel ; l'une des deux éprouvettes conserve une eau limpide, tandis que l'autre est le siège de fines particules de rouilles en suspension dans l'eau. (source : Sentinel).


L'efficacité ou la « durée de vie » d'un inhibiteur de qualité professionnelle est généralement d'environ 5 ans en considérant des appoints inférieurs à 10% du volume total du circuit.

Pour un résultat optimal de l'inhibiteur, les installations doivent être « propre », c'est-à-dire nettoyées / désembouées et rincées.

Enfin, l'injection d'un inhibiteur de corrosion ne dispense pas de la pose d'un désemboueur magnétique sur une installation.