28 juin 2009

La poubelle des français passée au crible par l’ADEME

dechets poubelle recyclage etude ademePrès de 15 ans après la première campagne de caractérisation des ordures ménagères, l’ADEME a publié le 25 juin dernier les résultats de la campagne MODECOM, une étude réalisée par l'IFOP, réalisée dans le cadre du plan national de prévention des déchets. Des données nombreuses et précieuses ont été récoltées mais finalement assez semblables à celles d'il y a 15 ans.

58% des Français de plus 15 ans se disent sensibles à la prévention des déchets contre 53% pour les moins de 15 ans. 72% des sondés âgés de moins de 15 ans déclarent connaître les gestes et actions permettant de réduire la quantité de déchets. Une visibilité plus élevée de ces gestes et actions auprès des Français de plus 15 ans avec 87% des sondés.

Mais les poubelles des Français ne sont pas encore très « propres». Lingettes, papiers cartons et verre figurent encore en bonne place dans nos poubelles à ordures, sans possibilité d’être recyclés. Les déchets fermentescibles représentent toujours 25% de la poubelle, les papiers 14%, les plastiques et le verre 11% chacun. Les textiles sanitaires (les couches, lingettes et autres mouchoirs) atteignent 8,5% des volumes soit 34 kilos par habitant par an.

Les Français jettent encore près de 400 kilos d’ordures par habitant. Selon les principaux résultats de cette étude, on constate que de 2005 à 2007, la quantité d’ordures ménagères collectées est restée stable, mais les apports en déchèteries ont continué d’augmenter. Au total, plus de 37 millions de tonnes de déchets ont été collectés par les collectivités en 2007, dont 26 millions de tonnes par les collectes d’ordures ménagères résiduelles et les collectes sélectives et 11 millions de tonnes apportés en déchèteries (soit 170 kilos par habitant contre 151 en 2005).

Du côté du recyclage, c’est mieux même s’il reste des progrès à accomplir. Les Français ont jeté moitié moins de papiers, de cartons et de verre dans les poubelles à ordures qu’en 2003. Sur 37 millions de tonnes partis à la poubelle, plus de 33% ont été orientés vers du recyclage matière ou organique contre 31% en 2005. Les objectifs fixés par le Grenelle sont d’atteindre 35% en 2012 puis 45% en 2015.

Les composés toxiques (genre métaux lourds) sont aussi en baisse. Le développement de la collecte sélective des produits dangereux et les efforts des industries pour éliminer les produits toxiques de leur production ont permis de réduire la présence de ces produits dangereux dans nos poubelles.

Mais selon l’ADEME, le poids des poubelles familiales pourrait encore baisser d’un tiers : «On pourrait encore retrancher près de 150 kilos par personne par an en encourageant le compostage, les campagnes stop-pub et anti-gaspillage, ou en limitant l’usage des imprimantes ».

Ainsi, l’article 41 du projet de loi relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement prévoit l’instauration par les collectivités territoriales compétentes d’une tarification incitative pour le financement de l’élimination des déchets des ménages et assimilés. La redevance incitative devrait donc se généraliser en France dès cette année. Il a été prouvé que la mise en place de la redevance incitative permet, si ce n’est de réduire la production de déchets, de diminuer la quantité des ordures ménagères résiduelles et d’augmenter la quantité des déchets recyclables.

Un autre système consisterait comme aux états unis, à récompenser les éco-citoyens pour lesquels le recyclage leur permet d’accumuler des points à convertir en bons d’achats, réductions exclusives, produits et services. Non seulement ce système de récompense permet d’inciter au tri des déchets, mais il favorise également l’achat de produits dont l’emballage est recyclable. Ainsi les entreprises sont indirectement incitées à produire des éco-emballages.


Nous vous remercions pour votre visite !
N'oubliez pas de partager cet article sur les réseaux ...