31 mars 2009

Voiture électrique versus voiture à essence : 1 - 0 ?

On nous annonce depuis plusieurs années l’avènement de la voiture électrique, mais force est de constater que peu de modèles sont disponibles sur le marché. Est-ce parce que la voiture électrique dérange certains lobbyings puissants ? Car la voiture électrique n’est pas seulement économiquement et écologiquement très intéressante comme vous le verrez ci-dessous, mais touche aussi entre autre à des ordres sensibles comme la politique, la géostratégie, et la finance. Ainsi, on entend parfois ici et là des voix déclarant que la voiture électrique coute en réalité trop cher et qu’elle n’est pas aussi « verte » que l’on veut bien nous le faire croire… Alors qu’en est-il exactement.

Le blog « Objectif Terre » a pris comme hypothèse une voiture à pétrole qui consomme environ 6 litres aux 100km, et son équivalent en voiture électrique standard soit environ 15kWh pour 100km (compte tenu de la différence d’efficacité énergétique entre les 2 technologies). Les rédacteurs de l'article ont obtenu un bilan économique de 5,5 eurocents/km (électricité: 1,5 - batterie: 2,5 - infrastructure: 1,5) pour la voiture électrique, contre 6 à 9 centimes d’euro par km pour la voiture à essence (avec le SP95 compris entre 1 à 1,5 €/L). De plus, cet écart ne fera que se creuser car :
  • les infrastructures (bornes de recharge) auront une durée de vie supérieure à 20 ans (les calculs ont été effectués sur 10 ans),
  • le coût par Wh stockable des batteries baisse chaque année davantage,
  • une voiture électrique est plus puissance qu'une voiture thermique à pétrole,
  • l'Agence Internationale de l'Energie prévoit un baril à 200 dollars dans les prochaines années.

Pour se convaincre encore plus, le bilan des émissions « carbone » est encore plus spectaculaire (cf. graphique). Nous pouvons voir que même dans le pire des cas, avec une voiture électrique rechargée avec de l’électricité issue totalement des centrales à charbon, le bilan CO2 reste favorable à la voiture électrique, et même en tenant compte des émissions CO2 liées à la construction de la batterie !

On se rend donc vite compte que la voiture électrique dérange par ses nombreux avantages par rapport à la voiture à pétrole, et que la commercialisation de masse a certainement été quelques peu « freinée » ou va dire « influencée » ! Mais l’opinion publique et certains pays émergeants (misant sur le développement massif des véhicules électriques comme la Chine) vont faire rapidement pencher la balance du bon côté dans les prochaines années… Espérons le en tout cas pour notre industrie européenne et notre environnement.



Nous vous remercions pour votre visite !
N'oubliez pas de partager cet article sur les réseaux ...