Affichage des articles dont le libellé est chauffage. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est chauffage. Afficher tous les articles
17 octobre 2015

Comment payer son fioul moins cher pour cet hiver 2015-2016 ?


Après le succès de la campagne  « gaz moins cher ensemble », 4 régions se mobilisent pour du fioul moins cher ! Que Choisir à la demande des Unions Régionales UFC-Que Choisir de Lorraine, d'Alsace, de Rhône-Alpes et du Nord-Pas de Calais, lancent ainsi un appel au rassemblement des habitants de ces régions chauffés au fioul, à travers un site internet spécialement créé « www.choisirsonfioul.fr » en vue d’obtenir le meilleur prix pour une livraison prochaine de fioul.

Cette campagne permettra aux particuliers résidant dans ces régions et chauffés au fioul d’obtenir, par leur rassemblement, des réductions de prix sur le litre de fioul, en réunissant un maximum de personnes désirant acheter du fioul pour disposer d'une capacité de négociation plus forte auprès des distributeurs de fioul.

Car bien qu'en baisse du fait de la chute des cours de pétrole, le fioul, troisième énergie de chauffage en France, reste néanmoins une énergie onéreuse avec une facture moyenne annuelle d'environ 1.400 euros, sachant les tarifs sociaux sont limités au gaz et à l'électricité, et que la prime à la cuve a été supprimée en 2009. Les ménages chauffés au fioul sont aussi bien souvent captifs : changer de mode de chauffage est coûteux, parfois impossible notamment pour le gaz de ville.

Si vous habitez dans l’une de ces 4 Régions et que vous vous chauffez au fioul, vous pouvez vous inscrire gratuitement et ce sans engagement jusqu'au 23 octobre midi sur le site https://www.choisirsonfioul.fr ou par téléphone au 09.70.26.34.30 (prix d'un appel local) ou au 06.71.44.37.41 (du lundi au vendredi : 9h à 19h et le samedi : 9h à 12h).

Les inscrits recevront une offre personnalisée le 23 octobre sur la base de la meilleure offre retenue suite à l’appel d’offres qui sera adressée aux différents distributeurs de ces 4 régions, petite et moyenne entreprise, grande distribution, groupes pétroliers. Une fois l'offre personnalisée reçue, les inscrits auront 72h pour y souscrire ou non. En cas de souscription, la livraison du fioul devra intervenir dans les 15 jours.

Saluons cette belle et intéressante initiative de Que Choisir !
9 octobre 2015

Opération promotionnelle Atlantic « adopte un radiateur » : jusqu'à 300€ remboursés !

La saison de chauffe est lancée ! Bonne nouvelle pour les ménages se chauffant avec des radiateurs électriques peu performants. Du 15 octobre au 15 décembre 2015, le leader du radiateur électrique Atlantic vous rembourse jusqu'à 300 euros si vous changez vos vieux « grilles pains » (convecteur électrique, radiant, radiateur électrique) pour l’achat de nouveaux radiateurs Atlantic performants « chaleur douce ».


Le fabricant leader en Europe du chauffage électrique lance en effet une opération promotionnelle sur un ton décalée et audacieux à travers un mini-site dédié adopteunradiateur.com, une opération inédite dans l'univers du confort thermique, permettant d'obtenir jusqu'à 300 euros de remboursés pour l'achat de radiateurs dans les gammes Oniris, Galapagos, Maradja et CalissiaChacun d'entre eux dispose de ses traits de personnalité (élégant, intelligent, doux, réactif, autonome, connecté…) qui pourraient être ceux d'un homme. La campagne joue sur cette ambiguïté en mettant en scène les radiateurs dans les bras d'un jeune homme dont le style et la posture varient en fonction du produit ! Certains de ces modèles permettent par ailleurs d'économiser jusqu'à 45% sur votre facture d’énergie par rapport aux radiateurs de première génération (en savoir plus sur la fonction « Atlantic Pilotage Intelligent »).

La marque Atlantic rompt avec les codes traditionnels du secteur du confort thermique avec une campagne qui encourage les particuliers à remplacer leurs vieux appareils par des radiateurs électriques nouvelle génération : « Nous voulions sensibiliser les consommateurs à l'intérêt de renouveler leurs vieux convecteurs énergivores et ce, grâce à un ton plus humoristique et décalé », explique Géraldine Favre-Lorraine, Directrice Communication Atlantic Electrique, « et souhaitions une nouvelle thématique pour notre opération promotionnelle de fin d'année tant attendue ». A travers l'opération « adopteunradiateur », la marque souhaite démontrer qu'au-delà d'être des produits performants, intelligents et connectés, les radiateurs Atlantic sont aussi de beaux objets design et désirables, qui s'intègrent parfaitement dans l'habitat.

En savoir plus : Offre promo « adopte un radiateur » d'Atlantic.


A propos de la marque ATLANTIC :
Atlantic est une marque française qui développe depuis plus de 40 ans des solutions de confort thermique multifonctions et multi-énergies. Marché du neuf et de la rénovation, de l'habitat (individuel et collectif) et du tertiaire, les offres Atlantic répondent aux exigences de bien-être, d'économie et d'écologie. Radiateurs électriques et sèche-serviettes, chaudières gaz et fioul, pompes à chaleur air/eau et air/air, ventilation et traitement de l'air, chauffe-eau électriques et thermodynamiques, autant de produits innovants alliés à un service personnalisé. S'appuyant sur 9 sites industriels en France, Atlantic conçoit et fabrique l'essentiel de ses solutions en France.

28 août 2015

DJU base 18 ou Degré Jour Unifiés : pourquoi faire ?


Les DJU, ou Degré Jour Unifiés, sont très utiles et permettent un calcul assez précis pour déterminer les besoins et les consommation de chauffage ou de climatisation d'un bâtiment d'une zone climatique donnée. Les DJU permettent ainsi de mieux évaluer les besoins thermiques d'une habitation pendant la période de chauffe et aide au dimensionnement en puissance de la chaufferie. Les DJU varient en France d'une façon importante selon l'altitude de la station météo d'observation et la localisation du département où a été faite la mesure de température. En France, le total annuel moyen va de 1126 DJU pour la côte Corse à 110m d'altitude à 4475 DJU dans les Hautes-Alpes à 2000m d'altitude. Pour un hiver de rigueur moyenne le nombre de DJU se situe généralement entre 2000 et 3000 pour la majeure partie du territoire métropolitain.

Mais il convient tout d'abord de donner la définition des Degrés Jours (DJ), celle du Costic étant la plus simple : "Pour un lieu donné, le Degré Jour est une valeur représentative de l'écart entre la température d'une journée donnée et un seuil de température pré-établi". Les DJ sont ensuite additionnés sur une période de chauffage de 232 jours (du 1er Octobre au 20 Mai) pour chaque jour, permettant d'obtenir les DJU. 

Les degrés jours unifiés permettent ainsi de connaître la sévérité du climat et de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage (ou la climatisation) d'un bâtiment en proportion de la rigueur de l'hiver (ou de l'été). Les DJU ainsi que la consommation de combustible qui en résulte, peuvent donc varier sensiblement d'une année sur l'autre.


DJU utiles pour connaitre la sévérité du climat

L'utilisation des DJU permet par exemple de constater que pour les 30 dernières années, le climat pour la période hivernale est moins rigoureux partout en France, notamment le Rhône, la façade atlantique et méditerranéenne, la Loire, le Puy de Dôme, tandis que pour octobre à mai la période est plus rigoureuse dans l'est, le Massif Central par exemple.


Evolution tendancielle des DJU entre 1970 et 2008 par stations départementales
Evolution tendancielle entre 1970 et 2008 des DJU (période d'octobre à mai) par stations départementales

Ainsi, plus le nombre de DJU est élevé, plus le climat a été froid sur la période considérée. On peut ainsi observer sur le graphique suivant que l'hiver 2013/2014 a été l'hiver le plus doux depuis 2007. Inversement, l'hiver 2012/2013 a été le plus rigoureux. C'EST ENVIRON xx% de baisse impactant d'autant la consommation avec les mêmes usages.

DJU Degré Jour Unifiés Paris Montsouris

Donc attention quand votre facture énergétique est moins élevée que l'année précédente : ce n'est pas forcément parce que le prix du gaz ou de l'électricité a baissé !


Comment sont calculés les DJU ?

Tout d'abord, chaque jour de la période considéré est calculé un Degré Jour (DJ) à partir des températures météorologiques extrêmes du lieu et du jour J :
  • Tn : température minimale du jour J mesurée à 2 mètres du sol sous abri et relevée entre J-1 (la veille) à 18h et J à 18h UTC.
  • Tx : température maximale du jour J mesurée à 2 mètres du sol sous abri et relevée entre J à 06h et J+1 (le lendemain) à 06h UTC.
  • S : seuil de température de référence choisi.
  • Moy = (Tn + Tx ) / 2 : température moyenne de la journée.

Il est d'usage de comparer la température extérieure à la température de chauffage diminuée de 2°C pour tenir compte des apports gratuits. Ainsi, pour un bâtiment chauffé à 20°C, le seuil de température de référence choisi est de 18°C d'où l'appellation DJU base 18. Ceci revient à dire que 2°C de chauffage seront apportés "gratuitement" par le soleil, l'éclairage, les personnes, les machines ... En conséquence, pour ce qui concerne la consommation de chauffage pour une température ambiante souhaitée de 20°C, tout se passe comme si l'on devait seulement chauffer à 18°C.

Il existe deux méthodes de calcul des DJU donnant des résultats différents :

Une méthode dite « Météo » avec un calcul simple :

Pour un calcul de déficits (chauffagiste) de température par rapport au seuil choisi :
  • si S ≤ Moy : DJ = 0
  • si S > Moy : DJ = S - Moy

C'est donc une estimation de la différence entre la température intérieure de référence - hors apports naturels et domestiques - et la température extérieure médiane de la journée. Cette donnée est utile pour l'estimation des consommations d'énergies de chauffage d'un bâtiment. Il n'y a pas de DJU négatifs.

On peut aussi calculer de manière plus fine les DJ en utilisant les DH (Degré Heure). Un « Degré Heure » DH correspond à un écart de température intérieure/extérieure de 1°C pendant une heure. Un DJ correspond alors à 24 DH.

DJU degré jour unifiés
Source xpair.com

Pour un calcul d'excédents (climaticien) de température par rapport au seuil choisi :
  • si S ≥ Moy : DJ = 0
  • si S < Moy : DJ = Moy – S


Une méthode dite « Professionnels de l'énergie »

Il s'agit d'un calcul plus élaboré conforme à la méthode réglementaire du Costic, correspond à une formule adaptée aux besoins des sociétés d'exploitation de chauffage ou de climatisation (intéressant en début ou en fin de saison de chauffe/climatisation).

Pour un calcul de déficits (chauffagiste) de température par rapport au seuil choisi :
  • si S > Tx (cas fréquent en hiver) : DJ = S - Moy
  • si S ≤ Tn (cas exceptionnel en début ou en fin de saison de chauffe) : DJ = 0
  • si Tn < S ≤ Tx (cas possible en début ou en fin de saison de chauffe) :

DJ = ( S –Tn ) x (0.08 + 0.42 x ( S – Tn ) / ( Tx – Tn ))


Pour un calcul d'excédents (climaticien) de température par rapport au seuil choisi :
  • si S > Tx : DJ = 0
  • si S ≤ Tn : DJ = Moy - S
  • si Tn < S ≤ Tx : DJ = ( Tx – S ) x ( 0.08 + 0.42 x ( Tx – S ) / ( Tx – Tn ))

Au final les DJU correspondent à la somme des 232 DJ :

      232  
DJU = Σ DJn
      1   

Nombre de DJU annuels moyens sur 10 ans par stations départementales
Nombre de DJU annuels moyens sur 10 ans par stations départementales


Corriger ses consommations en fonction des DJU

Ainsi, les DJU permettent de pondérer ses consommations énergétique en fonction du climat. La correction climatique consiste à pondérer les consommations de chauffage sur la base des données climatiques annuelles de la station météo. L'objectif est de rendre les années comparables entre elle, quelle que soit la rudesse de l'hiver. En ramenant les consommations de chauffage à un climat de référence, caractérisé par les DJU, on supprime ainsi les variations imputables à la rigueur climatique. Avant d'envisager une rénovation thermique et de s'orienter vers telles ou telles solutions, il convient de récapituler les DJU et sa consommation d'énergie en kWh sur au moins 5 ans pour obtenir une moyenne représentative de la consommation du bâtiment.

Consommations corrigées = consommations x  DJU de référence         
              DJU de la période considérée

A titre d'exemple, en tenant compte de DJU de référence d'une valeur de 2500, on obtient les consommations de chauffage pondérées suivantes pour un bâtiment sur les 3 dernières saisons de chauffe :

Année
2011/2012 2012/2013 2013/2014
Consommation réelle (kWh) 3 500 4 250 3 430
DJU de la période 1 954 2 372 1 824
Consommation à climat constant (kWh) 4 478 4 479 4 701

La consommation réelle d'énergie en 2012/2013 est la plus faible en raison de la rigueur climatique. Toutefois, si l'on calcule en climat constant, c'est-à-dire en pondérant les consommations en fonction de la rigueur climatique, on s'aperçoit qu’en 2013/2014, le bâtiment a consommé plus que la normale.


Déterminer sa consommation de chauffage à l'aide des DJU

Les DJU permettent aussi de déterminer la consommation théorique d'un bâtiment à l'aide de la formule suivante :

C =  24 x B x DJU x i 
ΔT x η x PCI

24 : nombre d'heures chauffées par jour
B : besoins thermique du batiment en kW (voir plus bas)
DJU : Degré Jour Unifié
i : intermittence (prend en compte les réduits de chauffage)
exemple : si réduit de nuit entre 22h et 6h (soit 8h) de -2°C (17°C au lieu de 19°C)
i = (DJU x 24h - 8h x 2°C x nb jours de chauffe par an) / (DJU x 24h)
i = (2500 x 24 - 8 x 2 x 232) / (2500 x 24)
i = 0,94
ΔT = Tintérieure - Textérieure de référence ou de base (trouvez votre T° de base)
η : rendement global de la production sur l'année (génération, distribution, émission, régulation)
électrique (effet joule) : 1
pompe à chaleur : 2 à 4
chaudières à bois (bûches) : 0,75
chaudières à bois (granulés) : 0,9
fioul (haut rendement) : 0,8
propane (haut rendement) : 0,9
propane (condensation) : 1,1
gaz naturel (haut rendement) : 0,9
gaz naturel (condensation) : 1,1
PCI : Pouvoir Calorifique Inférieur (pouvoir de combustion inférieur du combustible (kWh/kg ou kWh/litre). Dans le cas du fioul ou du bois, la formule tiendra compte du PCI afin d'avoir une consommation en litre ou kg de combustible. Dans le cas du gaz, il faut prendre PCI = 0,9 pour obtenir une consommation en kWh PCS (celle indiquée sur la facture)
PCI gaz = 0,9
PCI fioul = 10 000 kWh/m3
PCI propane = 12 780 kWh/t
PCI bois bûches =  4 080 kWh/t
PCI granulé bois = 4 900 kWh/t

Pour déterminer rapidement les besoins thermiques d'un bâtiment, vous pouvez utiliser cette formule simplifiée :

B = G x V x ΔT

G : coefficient global de déperdition en W/m3.°C (déterminez le G pour votre habitation)
V : volume du bâtiment considéré (m3)
ΔT : Tintérieure - Textérieure de base
B : Besoins thermiques (W)

NOTA : si vous connaissez votre consommation (ex. facture), vous pouvez aussi retrouver le besoin thermique du bâtiment :

B =  C x ΔT x η x PCI 
24 x DJU x i



Exemple concret

Maison de 1985 de 120m² - hauteur sous plafond 2,50m - isolation d'origine - chauffée au fioul avec une chaudière haut rendement - située à Lyon (T° de référence -10°C) - Température d'ambiance souhaité 20°C - Intermittence de 8h la nuit avec une consigne de 18°C - DJUmoy[2010-2014] = 2215

Besoin thermique : B = 1.1 x 120 x 2.5 x (20 - (-10°C)) = 1.1 x 120 x 2.5 x 30 = 9900W
Intermittence : i = (2215 x 24 - 8 x 2 x 232) / (2215 x 24) = 0.93
Consommation : C = (24 x 9.9 x 2215 x 0.93) / (30 x 0.8 x 10000) = 2.040m3 = 2040 litres

Si la maison est plutôt au gaz naturel avec une consommation facturée de 21000kWh

Besoin thermique : B = (21000 x 30 x 0.8 x 0.9) / (24 x 2215 x 0.93) = 9.175kW = 9175W

4 avril 2015

Pourquoi passer à l’individualisation des frais de chauffage dans le collectif ?

individualisation frais de chauffage dans le collectif

Outre les travaux d’isolation, il faut savoir que cette mesure constitue le premier pas pour la maîtrise des dépenses énergétiques dans les logements collectifs. Associée à l’installation d’une régulation, cette démarche doit permettre d’économiser facilement de 10 à 25% en moyenne sur la facture d’un copropriétaire.

Les charges de chauffage demeurent en effet le poste le plus onéreux d'un foyer (environ 25% de l'ensemble des charges immobilières). En engageant une démarche d’individualisation des charges de chauffage, la consommation globale de chaque appartement est ainsi mesurée avec précision, permettant de répartir la facture globale de chauffage de l'immeuble, et de sensibiliser chacun sur sa propre facture énergétique.

22 mars 2015

Propane versus Fioul : la guerre (de communication) fait rage !

Le Comité Français du Butane et du Propane (http://www.cfbp.fr/) a lancé il y a quelques semaines une communication agressive auprès des professionnels du chauffage, dénigrant assez fortement les autres énergies et notamment le fioul. Suite à ces attaques injustifiées du propane, la filière fioul (http://www.solutions-fioul.fr/) a décidé de contre-attaquer ! Décryptage.


Il faut savoir que près de 4 millions de logements sont chauffés au fioul contre environ 516.000 au propane. C'est aussi environ 21% de maisons individuelles chauffées au fioul contre seulement 3% au propane. Les propaniers ont donc devant eux une belle possibilité de progression !

Chacun avançant ses arguments, difficile pour le consommateur de se faire une réelle opinion. Nous vous laissons néanmoins découvrir tout d’abord les arguments de chacun, puis notre analyse.

16 février 2015

ThermoZYKLUS : Régulation pièce par pièce auto adaptative et dynamique !

Régulation ThermoZYKLUS

ThermoZYKLUS est le fabricant allemand de la régulation terminale thermocyclique THZ pour l’industrie, le tertiaire, les commerces et le résidentiel. Implanté en France et en Allemagne depuis 2001, ThermoZYKLUS est devenu un des acteurs majeurs du marché de la régulation. Fabriquée en Allemagne, la régulation intelligente THZ à l’algorithme breveté offre une précision de régulation inégalée pour toutes les applications de chauffage. Nous avons donc décidé de vous présenter en détails cette solution que nous proposons à nos clients notamment équipés de plancher chauffant basse température (PCBT) en recherche de confort thermique ultime et d’économies d’énergie. A noter que le fabriquant Roth, groupe allemand familial, dont nous utilisons notamment les produits et tubes pour la réalisation des planchers chauffants de nos clients, propose et commercialise à partir de 8€/m²HT un système de régulation pour plancher chauffant dénommé « Certiline » qui utilise les produits de ThermoZYKLUS.


Grâce à son algorithme breveté, la régulation intelligente thermocyclique ThermoZYKLUS est à la fois efficace et rapide : elle détermine à l’avance quand les vannes doivent être ouvertes et fermées. Auto-adaptative, elle apprend les caractéristiques de chaque émetteur (radiateurs, PCBT) et anticipe ses réactions. La régulation THZ utilise les informations fournies par les variations de température subies par les différentes pièces pour réduire les oscillations en les transformant en micro-oscillations. L’utilisateur programme sa température de consigne et le processus de régulation est lancé, aucun autre réglage n’est nécessaire. Au-delà de sa simplicité, le caractère unique de la régulation terminale THZ réside dans sa précision de régulation inégalée : +/- 0,15°C pour un confort et une consommation optimisés.

7 octobre 2014

Monoxyde de carbone : prévenir les intoxications

Chaque année en France, ce sont 5.000 personnes qui sont victimes d’intoxication au monoxyde carbone (CO) et une centaine qui en décèdent. Vous avez ou vous allez bientôt remettre en fonctionnement votre chauffage au gaz, au fioul ou bois. Nous vous rappelons à cet effet les bons gestes de prévention.



Qu’est-ce que le monoxyde carbone ?


Le monoxyde de carbone est un gaz toxique, invisible, inodore, non-irritant et mortel. Il se propage très rapidement dans l’air. Il est produit lors de la combustion incomplète de combustible : chaudière mal réglée, gazinière, cheminée à bois, chauffe-eau gaz (chauffe-bains), chauffage d’appoint (poêle à pétrole), moteur en site clos …


Quels sont les symptômes d’une intoxication au CO ?


Ce gaz présente des propriétés toxiques lorsqu'il est inhalé, et est quelques fois mortelles pour l’homme ou les animaux. Lors d’une intoxication, les principales manifestations et les symptômes sont les suivants :

  • Fatigue inexpliquée, engourdissement musculaire
  • Maux de tête, nausées et vomissements
  • Vertiges, troubles visuels


Que faire chez soi en cas de symptômes repérés ?

  • Aérer la pièce pour renouveler l’air ambiant
  • Appeler le SAMU (15) ou les pompiers (18) et sortir en attendant les secours
  • Ne rentrer dans son logement qu’après le passage et avis d’un expert
  • Réaliser les travaux nécessaires pour la mise en conformité de l’appareil défectueux


Les bons gestes de prévention

  • Faites vérifier et entretenir régulièrement (obligation légale) et avant chaque hiver vos installations de chauffage, eau chaude, ventilations … par un professionnel qualifié
  • Respectez le mode d’emploi des appareils à combustion tels les chauffages d’appoint, groupes électrogènes, appareils à gaz …
  • Aérez au moins 10 minutes par jour votre logement ou n’obstruez pas les ventilations et aérations présentes dans le logement (entrées d’air pour la VMC, aération haute et basse pour la gazinière, …)
  • Lors de l'achat ou l'installation d'un nouvel appareil à gaz, assurez-vous de sa bonne installation et de son bon fonctionnement. Exigez un certificat de conformité gaz de l'installateur.
  • Equipez-vous d’un détecteur de monoxyde de carbone : voir « où et comment installer correctement un détecteur de monoxyde de carbone CO ».


Et enfin, pour votre sécurité, sachez écouter le Professionnel Gaz (PG) ou votre mainteneur (PMG) qui vous indique que votre installation gaz n’est pas conforme et qu’elle nécessite par exemple la création de ventilations. Nous constatons malheureusement encore tous les jours, lors de nos visites clients, des personnes qui refusent la création de ces aérations pour éviter par exemple que de l’air froid n’entre dans leur cuisine ! A nouveau, ce n’est pas une question de confort mais de sécurité des personnes et surtout une obligation réglementaire (loi).


Plus d’info :

21 septembre 2014

Les différents modes de fonctionnement des circulateurs de chauffage électroniques

Les vieux circulateurs des installations de chauffage à vitesse « fixe » tendent à être remplacés (lors d’une panne par exemple) par des circulateurs modernes à vitesse « variable » conformes aux dernières normes EuP (produits consommateurs d'énergie), les premières générations de pompe étant aujourd'hui retirées de la commercialisation.


En effet, les anciens circulateurs qui fonctionnent en permanence à plein régime, entraînent une courte durée de vie de la pompe, une forte consommation d'énergie et des coûts plus élevés. Ils peuvent également provoquer d'autres effets indésirables comme des pertes de chaleur et des nuisances sonores dans l'installation.

En revanche, les circulateurs modernes bénéficient quant à eux de modes de régulation intégrés, qui permettent de régler le circulateur sur un mode adapté à l'installation, afin d'en améliorer sa performance et faire des économies d’énergies (voir article « intérêt d'un circulateur électronique sur une installation de chauffage »).

Afin que vous puissiez correctement utiliser votre nouveau circulateur de chauffage, découvrons quels sont ces modes de fonctionnement implantés sur les pompes de chauffage électroniques, et surtout quand les utiliser :

  • Le mode « Pression Proportionnelle » change la vitesse du circulateur en fonction de la demande de chaleur dans l'habitation et correspond aux installations de radiateurs à vannes thermostatiques.
  • Le mode « Pression Constante » fournit la même pression tout en changeant le débit. Ce mode de régulation est principalement utilisé dans les installations de chauffage par le sol.
  • Le mode « Vitesse Fixe » propose trois options de vitesses fixes en fonctionnement permanent. La performance ne peut pas changer en fonction de la demande et ce mode convient aux installations sans radiateurs à vannes thermostatiques ou aux installations de réservoir d'eau chaude.
  • Le mode « Automatique » (ex. « AUTOADAPT » chez Grundfos), optimise les performances en trouvant automatiquement le point de consigne optimal de l'installation de chauffage. Cela garantit que la performance du circulateur correspond aux besoins réels. Le mode automatique peut réduire le montant des factures d'électricité de 10 % par rapport aux autres circulateurs à vitesse variable classiques.