19 janvier 2013

Protégez compteur et canalisations contre le gel !

Compte tenu de la vague de froid actuelle, tout compteur d’eau ou canalisations exposés au froid ou au gel doivent être protégés pour éviter un manque d’eau, une fuite, où la dégradation de certains matériels (radiateurs, chaudière, …).

Ainsi si votre compteur est situé dans un local particulièrement exposé au froid  (une cave, un garage, une buanderie …), il faut le calfeutrer et entourer les canalisations avec un matériau isolant (ex. Armaflex), et si ce local dispose d’un émetteur de chauffage (radiateur), il ne faut surtout pas l’éteindre complétement (position hors gel par exemple).

Si votre compteur est enterré à l’extérieur, il faut le calfeutrer ainsi que les canalisations avec des matériaux non absorbant type « plaque en polystyrène ». Il ne faut jamais en effet utiliser des matériaux de type paille, textile, papier, laine de verre, etc… qui peuvent absorber l’humidité.
 
Par grand froid, il ne faut jamais couper complètement le chauffage, et vidanger tous les robinets extérieurs. En cas de période de gel intense et prolongé, il faut laisser couler un mince filet d’eau pour que l’eau continue à circuler dans les canalisations, car même si cedi entraine une surconsommation d’eau, le cout en est dérisoire par rapport aux dégâts que le gel de vos conduites pourrait provoquer.

En cas d'absence prolongée, il faut fermer le robinet d’arrêt de l’arrivée générale, puis vidanger son installation en ouvrant tous les robinets de son installation (ou les purges présentes sur certains robinets) afin que l'eau présente dans les canalisations s'écoule totalement. Enfin, refermer tous les robinets et les purges.
 
Si malgré toutes ces précautions votre installation serait gelée, il faut couper l'eau pour éviter toute inondation au moment du dégel, puis essayer de dégeler les canalisations bloquées, par exemple à l’aide d’un sèche-cheveux ou un décapeur thermique (attention aux canalisations en PER), mais jamais avec une flamme. Enfin par sécurité, au cas où le gel aurait provoqué une fuite, il faut vidanger l’installation puis la contrôler ou contacter un plombier.
14 janvier 2013

Comment protéger du gel un point d’eau extérieur

Les canalisations d’eau supportent mal le gel. En cuivre, en acier, ou en PER, elles éclatent quand elles sont mal protégées du gel. Or il est parfois très difficile, voire impossible, d’isoler correctement ces canalisations lorsque l’on souhaite un point d’eau permanent par exemple sur un terrain nu, sous un appentis non isolé, un mur mitoyen, etc… Il existe pourtant des solutions.

Il existe tout d’abord le fil chauffant avec thermostat, collé sur le tuyau, qui dès que la température descend en dessous de 3 degrés, se met en fonction. Mais il faut de l’électricité à proximité, et en cas de panne électrique (ce qui arrive aussi en hiver lors de froids importants), le cordon ne chauffera pas.

Ensuite, on trouve des vannes ou clapets thermostatique antigel qui laissent passer automatiquement un filet d’eau en cas de température proche de 0. L’inconvénient est la perte d’eau et la formation de glace au niveau de l’écoulement.

On peut aussi choisir un tuyau en polyéthylène qui absorbera l’augmentation du volume d’eau gelée sans craquer : inconvénient, l’eau ne pourra pas non plus circuler !

Enfin, il existe le robinet Merrill, un robinet incongelable à purge automatique inventé en 1949 par un américain, permettant de l’eau disponible toute l’année en extérieur. Au départ très prisés des agriculteurs (Merrill est leader en Amérique du Nord depuis plus de 60 ans), ces produits commencent à se démocratiser dans le secteur du bâtiment.

Leur principe de fonctionnement est simple : avec les modèles « Any Flow » ou « C1000 », on actionne le levier vers le haut pour obtenir de l’eau et vers le bas pour arrêter l’écoulement ; le levier est relié par une tige, qui lors de la fermeture, ouvre une valve d’échappement qui purge le tube dans la terre et lui permet ainsi d’être incongelable puisqu’il n’y a de l’eau que pendant l’utilisation et que celle-ci provient du réseau enterré à 60cm sous terre, donc non gelée.

En version mural, comme le dispositif de fermeture est déporté vers l’arrivé d’eau, le robinet de Merrill se purge automatiquement après chaque utilisation. Quel que soit la température extérieure, il n’est plus utile de protéger ce robinet contre le gel. Il est de plus équipé d’un clapet antiretour pour que les éventuels produits utilisés avec un tuyau d’arrosage ne puissent pas contaminer l’eau potable.

video

Ces produits sont fabriqués dans une matière qui leur assure une très longue durée de vie (krayton ou éthylène propylène), et dispose pour certains d’une attestation de conformité sanitaire (ACS).

Comprendre la Réglementation Thermique RT 2012

Le pari de la réglementation thermique 2012 (RT2012) est de diviser par trois les consommations énergétiques d’un bâtiment neuf (alors que les précédentes réglementations augmentaient seulement les exigences de 15 à 20%). Elle est entrée en vigueur pour tous les permis de construire déposés après le 1er janvier 2013. Pour y parvenir, la réglementation intervient à la fois sur l’enveloppe et sur les équipements d’un bâtiment.

Bbio max : Bilan bioclimatique

Ainsi, l’appréciation porte désormais sur le bâtiment dans son ensemble, et un nouvel indicateur est apparu, le « Bbio » max : le « Bilan bioclimatique » oblige à avoir un bâtiment bien isolé, inerte, mais avec des baies vitrées plus importantes avec un ratio de 1m² de vitrage pour 6m² de surface habitable. L’objectif est de limiter les besoins de chauffage, de rafraichissement et d’éclairage, indépendamment des solutions techniques qui seront ensuite retenus. Le Bbio maximal (Bbio max) que chaque construction peut atteindre se calcule à partir d’une référence, modulé selon l’altitude, la zone climatique, la surface, le logiciel du bureau d’étude déterminant ensuite si les matériaux retenus, l’orientation du bâti et le niveau d’isolation suffisent. Le Bbio empêche de construire un bâtiment au niveau de la réglementation thermique de 2005 et que l’on compenserait ensuite par des panneaux solaires. Le Bbio est donc essentiellement une affaire d’enveloppe.

Cep max : Consommation d’énergie primaire

Une fois les besoins limités au maximum, il faut ensuite mettre en place des équipements consommant le moins d’énergie possible, notamment pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire, le rafraîchissement, mais aussi l’éclairage et les auxiliaires (pompe, ventilateur, …). La valeur qu’il faut atteindre symbolise à elle seule la RT2012 : 50kWh/m².an en énergie primaire. Cette valeur est modulée de par la zone climatique, l’altitude, la surface, mais aussi selon le type d’énergie utilisée. Par exemple, le bois bénéficie d’un bonus par rapport aux énergies fossiles, tandis que l’électricité est lourdement pénalisée du fait d’un mauvais rendement énergétique.

Tic : Température intérieure conventionnelle

Dans des maisons très étanches et très isolées, l’effet « thermos » est très présent. Ainsi, une enveloppe performante doit aussi lutter contre les surchauffes estivales. Il faut donc se protéger contre le rayonnement solaire en été sans perdre les apports gratuits en hiver, favoriser l’inertie et jouer sur la ventilation nocturne. Tout comme la RT2005, on évalue la température maximale atteinte à l’intérieur du bâtiment lors d’une séquence estivale de cinq journées chaudes.

En plus du Bbio, Cep et Tic, la RT2012 prévoie aussi 4 autres obligations :
- une valeur maximale de pont thermique au niveau des planchers,
- un débit de fuite maximal pour contrôler l’étanchéité à l’air,
- l’affichage des consommations poste par poste pour que l’usager du bâtiment ait conscience de ses dépenses,
- l’utilisation d’au moins une source d’énergie renouvelable (solaire thermique, bois énergie, …).
13 janvier 2013

Les journées du granulé 2013 Okofen : 5ème édition

journees du granule 2011 chauffage bois pellet chaudiere okofenPour la cinquième édition, les 5 et 6 avril prochains, des utilisateurs de chaudières à granulés bois vous inviteront chez eux en présence de leur installateur chauffagiste pour découvrir leur installation de chauffage central aux pellets et vous faire partager leur expérience.

Ces journées sans engagement et gratuites, vous permettent de visiter une maison  équipée d'une chaudière automatique à granulés bois Ökofen en fonctionnement, de partager l'expérience de ses utilisateurs, et bénéficier des réponses de l'installateur chauffagiste local. Elles vous permettent de découvrir
le granulé de bois à travers des exemples concrets de maisons équipées de chaudières à pellets, et ce avec le meilleur interlocuteur qui soit, à savoir un utilisateur désintéressé, dont la motivation première est de vouloir faire profiter de son expérience, et soutenir cette énergie d'avenir.
 
C’est une unique occasion de découvrir des installations chez l’habitant, de recueillir des témoignages, des retours d’expérience et de rencontrer des installateurs spécialisés dans le bois énergie. Beaucoup de ces utilisateurs ont eux-mêmes fait le choix de s'équiper suite à la visite d'une installation. Ils savent mieux que quiconque qu'il est difficile de se décider sur une énergie nouvelle, et que voir et parler avec les propriétaires permet de se rassurer.


Pour rappel, choisir une chaudière à granulés Ökofen c'est :
- une chaudière économique, jusqu'à 60% moins cher en énergie
- une chaudière écologique, avec une énergie locale et renouvelable
- une chaudière entièrement automatisée, une autonomie jusqu'à 1 an
- une installation simple et rapide, sans gros travaux
- un stockage peu volumineux et intelligent de quelques m²
- un combustible très largement disponible partout en France.

Pour participer à l’une des deux journées du granulé, il suffit de se rendre sur le site http://lesjourneesdugranule.fr/,
de sélectionner sur une carte une installation près de chez soi ou se rapprochant de ses besoins, et de laisser ses coordonnées. Quelques jours avant l’évènement, vous recevrez un courrier et un mail vous donnant l’adresse précise de l’installation que vous avez sélectionnée.
 
 
ELYOTHERM sera bien entendu cette année encore partenaire de cette manifestation originale, et vous proposera de visiter une installation sur Fontaine Saint Martin près de Lyon. Pour vous y inscrire : http://www.lesjourneesdugranule.fr/visiteur/porte-ouverte.php?code_porte_ouverte=JDG059

 
Enfin, pour tous les visiteurs et pour toute commande d'une chaudière à granulés Pellematic passée avant le 6 mai 2013, une régulation tactile nouvelle génération "Pelletronic Touch", d'une valeur de 849€HT, sera offerte. Voir l'offre
11 janvier 2013

Crédit d’impôt 2013 développement durable (CIDD)

Vers le nouvel article sur le guide du CIDD 2014

CIDD 2013 taux crédit d'impot développement durable
Finalement, aucune modification significative n’a été apportée par la loi de finances 2013 (ou la loi de finances rectificative 2012) concernant les taux du crédit d'impôt développement durable. Les seules évolutions sont donc celles déjà prévues par les textes précédents. La loi n° 2012-1509  de finances pour 2013 a été promulguée le 29 décembre 2012 dernier (publiée au JO du 30 décembre 2012) et la loi  n° 2012-1510  de finances rectificative pour 2012 a été promulguée le 29 décembre également (JO du 30 décembre 2012) (LFR 2012).

En revanche, à compter du 1er janvier 2013, seule une habitation principale située dans un immeuble achevé depuis plus de 2 ans pourra bénéficier du crédit d’impôt, pour toutes les catégories de dépenses concernées, notamment par le fait que la nouvelle réglementation thermique (RT2012) est entrée en vigueur pour les logements neufs.

Dans le domaine du chauffage et de l'eau chaude sanitaire (ECS), avec par exemple chaudière à condensation, pompe à chaleur, chauffe-eau thermodynamique, chaudière à granulés bois, solaire thermique, ... le dispositif du crédit d’impôt développement durable prend la forme suivante pour 2013 :


20122013
2013
si bouquet
de travaux
Chaudière à condensation (gaz ou fioul)10%10%
18%
Régulations15%15%
23%
Solaire thermique32%32%
40%
Pompes à chaleur (autres que air/air) dont la finalité essentielle est la production de chaleur, à l'exception des pompes à chaleur géothermiques15%15%
23%
Pompes à chaleur (autres que air/air) thermodynamiques (Pompes à chaleur dédiées à la production d’eau chaude sanitaire)26%26%
34%
Pompes à chaleur géothermiques dont la finalité essentielle est la production de chaleur26%26%
34%
Pose de l'échangeur de chaleur souterrain des pompes à chaleur géothermiques26%26%
34%
Chaudières et équipements de chauffage ou de production d'eau chaude fonctionnant au bois ou autres biomasses :--
-
  - cas général 15%15%
23%
  - en cas de remplacement des mêmes matériels26%26%
34%
Chaudières à micro-cogénération gaz P<=3KVA17%17%
26%

En outre, les caractéristiques techniques des parois vitrées pour obtenir le crédit d'impôt sont depuis le 1er janvier 2013 plus exigeantes :

- Fenêtre ou porte-fenêtre : avec un coefficient de transmission thermique (Uw) inférieur ou égal à 1,3 watt par mètre carré Kelvin (W/m².K) et un facteur de transmission solaire (Sw) supérieur ou égal à 0,3, ou avec un coefficient de transmission thermique (Uw) inférieur ou égal à 1,7 watt par mètre carré Kelvin (W/m².K) et un facteur de transmission solaire (Sw) supérieur ou égal à 0,36.





- Doubles fenêtres, consistant en la pose sur la baie existante d’une seconde fenêtre à double vitrage renforcé, dont le coefficient de transmission thermique (Uw) est inférieur ou égal à 1,8 W/m².K et, à partir du 1er janvier 2013, le facteur de transmission solaire (Sw) supérieur ou égal à 0,32.


Enfin pour rappel, le taux pour la TVA réduite, qui est passé récemment de 5,5 à 7% pour les travaux d'amélioration, de transformation, d'aménagement et d'entretien portant sur les locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de 2 ans et les opérations d'accession sociale, sera de nouveau relevé au 1er janvier 2014 à 10% (LFR 2012).