5 août 2012

Règles d’installation d’une chaudière dans une salle de bains

L’humidité régnant au sein d’un local est préjudiciable aux appareils électriques, peut impacter la qualité de combustion d’un appareil au gaz, et augmente fortement le risque d’électrisation (brulure interne ou externe) ou d’électrocution du fait de la réduction de la résistance électrique du corps humain lorsque celui-ci est mouillé ou immergé.
Lors de l’installation d’une chaudière gaz dans une salle de bains, les conditions de pose doivent répondre à la fois aux contraintes liées au respect de la réglementation gaz ainsi que celles de la réglementation des installations électriques NF C 15-100.
Réglementation électrique
Les matériels électriques sont classés selon leur protection contre les chocs électriques (il existe 3 classes dites I, II et III), une chaudière étant considérée comme un appareil de classe I.
Dans une salle de bain ou salle d’eau, 4 volumes ont été définis (voir photo ci-contre) correspondant chacun à des règles précises pour l’installation de tout matériel électrique à proximité d’une baignoire ou d’une douche. Le non-respect de celles-ci peut être la cause d’un choc électrique pouvant entrainer la mort.
Une chaudière étant un appareil de classe I, cet équipement peut être installé dans le volume 3 (2,4m autour du volume 2 et jusqu’à une hauteur de 2,25m du sol) ou hors volume. Dans tous les cas, cet appareil doit être relié à la terre et protégé par un dispositif de protection à courant différentiel résiduel à haute sensibilité assigné au plus à 30mA. Par dérogation, il est admis des chauffe-eau gaz instantanés dans les volumes 1 et 2 s’ils sont protégés par un dispositif de protection à courant différentiel résiduel de 30mA au plus et directement alimentés par un câble sans interposition d’une boite de dérivation ou de connexion (en dérogation à l’article 559.1.1 de la NF C 15-100). Un volume 2 peut aussi être « transformé » en volume 3 en interposant par exemple une séparation fixe (paroi cloison, écran …) et durable en matériau non métallique de hauteur égale à celle du volume 1.
Réglementation gaz
L’arrêté modificatif du 5 octobre 2005 introduit dans l’article 15 de l’arrêté du 2 aout 1977 précise les autorisations suivantes.
Depuis le 1er janvier 2006, l’installation d’un appareil de chauffage à circuit de combustion non étanche est interdite dans les salles de douche ou de bain. Cependant le remplacement d’un appareil raccordé (évacuation des produits de combustion sur l’extérieur) existant par un appareil raccordé neuf demeure autorisé si ce remplacement est réalisé dans l’axe et dans l’emprise de l’ancien appareil, y compris les éventuels travaux de modification strictement nécessaires à cette opération, avec établissement obligatoire d’un certificat de conformité gaz « modèle 4 ».
Pour les appareils munis d’un circuit de combustion étanche (ex. évacuation par ventouse), ils sont soumis uniquement aux articles 15-I et 18-IV de l’arrêté. Ainsi ils peuvent être installés dans tout local (même sans fenêtre ou aération), en respectant les règles et spécifications des conduits d’évacuation précisées dans le DTU 61.1.
Dans tous les cas, lors du remplacement ou du déplacement de votre appareil au gaz (chaudière, chauffe bain, …), faites de préférence toujours appel à un Professionnel du Gaz agréé (PG) qui vous délivrera un certificat de conformité pour votre installation engageant sa responsabilité, et dans la mesure du possible, même si cela est autorisé, n’installez pas une chaudière dans une pièce humide pour en préserver sa durée de vie.



Nous vous remercions pour votre visite !
N'oubliez pas de partager cet article sur les réseaux ...