11 septembre 2011

Guide de la douche à l'italienne

La grande tendance ces dernières années, c’est bien de faire « entrer » les thermes romains dans sa salle de bains ! La douche à l’italienne est ainsi devenue aujourd'hui quasi incontournable pour l'aménagement de cette pièce. Discrète et design, elle doit son nom aux bains romains de la Rome antique auxquelles elle ressemble par son absence de marche d'accès. Cette douche de plain-pied s’adapte à tous les espaces et permet toutes les imaginations décoratives. De plus, elle est accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR). En revanche, elle réclame un savoir-faire important pour sa réalisation.


La « vraie » douche à l’italienne n’a pas de porte, est carrelée et ouverte sur la salle de bains dans un style très épuré. En outre, la particularité d’une douche à l’italienne est d’avoir son receveur intégré dans le sol en continuité avec le reste de la salle de bains de manière quasi invisible. Ainsi, il n’y a pas de différence de niveau entre la douche et le sol et le bac devient accessible à tous comme les personnes âgées qui ne peuvent plus monter dans une baignoire, les personnes à mobilité réduite ou en fauteuil roulant, … De plus, de par sa conception, l'absence de recoins et l'unité dans les matériaux utilisés permettent un entretien facile de la douche à l’italienne.

Il est recommandé de prévoir un espace doit au moins 1,2m² pour son installation afin d’éviter d’éclabousser à l’extérieur, bien qu’une douche à l’italienne puisse aussi se loger dans un espace plus réduit tel un angle de pièce avec seulement une paroi. La finition du sol de la douche peut être réalisée avec différents matériaux : carrelage, béton ciré, galets et caillebotis … sachant qu’il n’y a pas besoin forcément de délimiter l’espace de la douche puisque qu’il n’y a pas de bac. Ainsi, l’absence de délimitation au sol « agrandit » la pièce et permet de gagner de la place. Enfin pour ceux qui ne veulent pas abandonner leur intimité, des parois de très nombreuses formes et matières existent sur le marché.

Par son originalité, la douche à l’italienne requiert une installation très précise et particulière qui ne se fait pas à la légère. Il est vivement recommandé de faire à un professionnel pour éviter un potentiel dégât des eaux ! Qui plus est, la douche italienne représente en investissement sur le long terme. Le professionnel sera en mesure de vous proposer une garantie décennale, et de vous faire profiter d’une TVA réduite à 5,5% au lieu de 19,6%. Car tout le « secret » réside dans l’évacuation des eaux et dans l’étanchéité du sol.

En effet, comme la douche à l’italienne ne comporte pas de receveur ni de seuil, il n’existe aucun moyen de retenir l’eau qui s’écoule ! Afin d'avoir un bon écoulement, il faut donc prévoir une pente de 1 à 3cm par mètre vers le système d'évacuation (3cm/m pour un carrelage avec des galets) et que le débit du siphon d’évacuation soit plus important que celui d’une douche classique, notamment avec une bonde de diamètre à minima de 90mm (au lieu de 60mm habituellement) et une canalisation d’au moins 50mm de diamètre. Le siphon peut aussi être remplacé par une rigole périphérique ou caniveau qui donnera du charme à la douche italienne par une évacuation discrète de l’eau et permettra de relier l'évacuation plus simplement et plus efficacement. Dans tous les cas, il est fortement déconseillé de poser une colonne de douche d'hydromassage  ou tout système à fort débit dans une douche italienne car l'évacuation sera insuffisante.

L’étanchéité est ensuite un élément crucial dans la pose d’une douche à l’italienne. Lors de la création de la douche, deux solutions existent.

Soit la pose d’un socle ou d’un kit « prêt à carreler », qui reste la meilleure solution car elle intègre déjà l’imperméabilisation et la pente étudiée pour une bonne évacuation, le kit pouvant en outre s’enlever plus facilement en cas de problème. Il existe de très nombreux kits prêts à poser, de toutes tailles et à tous prix.

Soit la confection de toute pièce d’une chape hydrofuge, notamment lorsqu’il n’y a pas assez de profondeur dans le sol (appartements, étages de certaines maisons), en rehaussant le sol de toute la salle de bain, ou en surélevant la douche en créant une marche pour l’accès. La pente d’écoulement doit être très précisément calculée pour permettre une évacuation efficace. Le réceptacle (ou cuvelage) doit quant à lui être parfaitement imperméable. Une feuille de plomb, de zinc ou du béton de synthèse doit être posé sur le fond de la douche italienne entre la maçonnerie et le revêtement du sol qui recueillera ainsi les eaux usées.

Enfin, le béton et tous les joints devront par ailleurs être composés de matériaux hydrofuges ou hydrophobes, car toute infiltration pourrait entrainer des dégâts comme le décollement du carrelage, le cloquage de la peinture, des odeurs de moisi, ou l'inondation des étages inférieurs de la maison.


Nous vous remercions pour votre visite !
N'oubliez pas de partager cet article sur les réseaux ...