17 avril 2010

Les formes de l’énergie bois pour se chauffer durablement

chauffage énergie boisDevant la hausse des énergies fossiles et fissibles, l’énergie bois reste une solution d’avenir tant en terme d’économie d’énergie, de confort que de respect de l’environnement. Depuis la nuit des temps, l’homme a toujours utilisé le bois comme source de chaleur. Bien qu’encore largement utilisée, cette énergie a progressivement été délaissée, les nouvelles technologies de chauffage notamment au gaz (chaudière) ou électriques (convecteur, pompe à chaleur) ayant attirés de plus en plus de familles, donnant au bois un côté rétrograde…

Or, bien que la majorité des personnes se chauffant au bois utilisent principalement des bûches de bois (bien souvent en bénéficiant gratuitement), depuis quelques années de nouvelles solutions apparaissent donnant un sérieux coup de jeune à l’énergie bois et à la filière. On peut donc aujourd’hui se chauffer et même produire de l’eau chaude sanitaire avec :
  • Des bûches, combustible peu onéreux mais qui reste un moyen de chauffage bois le plus contraignant (livraison ou coupe, stockage, entretien du feu, nettoyage du foyer) ;
  • Des écorces, issues des industries de première transformation du bois, elles sont généralement utilisées pour des chaudières à alimentation automatiques de forte puissance, avec un coût très faible mais avec cependant plus de cendres qu’avec les plaquettes ;
  • Des plaquettes, composées de bois déchiqueté (ou valorisé) issu des travaux forestier, utilisée principalement comme combustible en milieu rural (nécessite un volume de stockage important) et qui commence à être utilisé pour des chaufferies urbaines ;
  • Des granulés ou pellets, composés à 100% de sciure et copeaux récupérés notamment de scieries et comprimés en petit bâtonnets, pouvant être livrés en sac de 15kg ou en vrac par camion souffleur. Face aux plaquettes, il bénéficie d’un haut pouvoir calorifique (taux d’humidité très faible de l’ordre de 15%) et prend moins de volume pour répondre aux besoins énergétiques d’une maison individuelle ou d’un bâtiment collectif ;
  • Des buchettes ou briquettes, issues un peu comme les pellets du recyclage des sous produits de fabrication de l’industrie du bois, composées de sciures et copeaux non traités. Elles présentent l’avantage d’être utilisées comme des bûches de bois classique tout en limitant l’espace de stockage de part leur forte densité énergétique ;
  • Des déchets industriels ou rebus de bois non traités, qui alimentent des chaudières automatiques avec des puissances à partir de 20kW avec un approvisionnement en vrac et un coût particulièrement bas et un bon rendement calorifique.


Nous vous remercions pour votre visite !
N'oubliez pas de partager cet article sur les réseaux ...