23 avril 2010

Le chauffage par radiateur électrique : mauvaise réputation ?

Malgré les idées reçues sur le chauffage électrique, se chauffer au radiateur électrique ne coûte pas forcément cher et il est même possible de faire des économies d'énergie, grâce notamment aux dernières évolutions technologiques et à une gestion « intelligente » de la consommation.

Certes, l’avenir du radiateur électrique est plus que limité à terme dans le neuf à cause notamment de la nouvelle réglementation thermique (RT2012) qui va faire du ménage dans la famille des convecteurs « grille-pain », mais les modèles rayonnant et à inertie peuvent encore tirer leur épingle du jeu dans la rénovation avec une régulation performante. Ainsi, alors que le radiateur à eau traditionnel a connu une forte réduction du volume des ventes relative au développement du plancher chauffant, le radiateur électrique reste quant à lui dans une dynamique de développement.

La technologie fluide semble plus appréciée pour la rénovation, alors que la technologie dite sèche trouve encore sa place dans les constructions neuves. La réduction des déperditions thermiques face au durcissement de la réglementation thermique va aussi susciter dans les années à venir une diminution des puissances unitaires et la généralisation des radiateurs 500W au lieu des traditionnels 1000 voir 1500W. En revanche, le marché de la rénovation reste très important avec plus de 8 millions de logement actuellement chauffés à l’électricité (56 millions de convecteurs), avec près de la moitié qui auraient plus de 15 ans. Or dans ces logements, il n’est pas toujours possible d’installer d’autres modes de chauffage réclamant de la place (local technique) ou un raccordement gaz par exemple. Et grâce à des régulations de plus en plus performantes, la nouvelle génération de radiateurs électriques compte faire oublier leurs rendements médiocres. Car le coefficient de performance des systèmes à effet joule reste désespérément limité à 1 en supposant (ce n’est pas tout à fait vrai avec les pertes) que 1kW électrique consommé donne 1kW de chauffage.

Ainsi aujourd'hui, plus de 60% des radiateurs électriques achetés sont à inertie. L'inertie thermique est la capacité d'un corps physique à absorber puis à restituer la chaleur de manière diffuse, sachant que plus l'inertie thermique est importante, et plus ce corps stockera d'énergie. L’utilisation de ce principe physique au chauffage de l’habitation permet de mieux répartir et gérer la diffusion de la chaleur dans les pièces permettant un effet ressenti plus doux, plus naturel, et plus homogène.

L’inertie du corps de chauffe est obtenue de 2 façons : soit avec un fluide dans lequel baigne une résistance électrique ou grâce à une masse de matériau incorporant là aussi une résistance électrique. L’inertie fluide est réalisée au moyen d’une huile minérale ou d’eau glycolée en fonction de l’enveloppe pour des raisons de corrosion. L’inertie à technologie dite sèche s’appuie sur différents types de matériaux tels que la fonte, la stéatite, le verre, … capables de restituer la chaleur de façon homogène et constante dans le temps.

Afin de limiter le temps de monter en température des radiateurs à inertie, certains fabricants tels qu’Atlantic, Campa, Thermor, … intègrent dans leur modèle un film chauffant en face avant permettant d’accentuer le phénomène de rayonnement. La chaleur dégagée par un chauffage rayonnant peut être comparée à celle dégagée par les rayons du soleil. L’utilisateur perçoit ainsi une sensation de rayonnement avant même la montée en température du cœur de chauffe (environ 15min pour la fonte), avec un confort de chaleur quelque soit l’endroit où l’on se trouve dans la pièce (le rayonnement réchauffe aussi les meubles, les murs, le sol etc … qui rayonnent à leur tour).

Dans tous les cas, un radiateur à inertie chauffe les surfaces (par rayonnement) et l’air (par convection naturelle), sans excès de température au niveau de l’émetteur, permettant d’obtenir une température de l’air entre le sol et le plafond beaucoup moins stratifiée, donc une sensation de chaleur plus homogène et plus agréable.

Mais attention, trop d’inertie tue l’inertie ! Ou plutôt limite les économies d’énergie et amène de l’inconfort. Ainsi, si la température du corps de chauffe ne baisse pas assez vite lorsque la résistance est hors charge lorsque la pièce bénéficie par exemple d’apports gratuits, la température risque alors d’atteindre inutilement un niveau trop élevé. Trop d’inertie pénalise aussi la durée de montée en température du radiateur, et donc moins de réactivité lorsque les besoins augmentent brusquement. Mais à l’inverse une forte inertie permet des actions de délestage sans pour autant induire une baisse significative de la température. Tout est une question d’optimisation en ce qui concerne l’inertie.

Enfin la régulation électronique embarquée sur les produits nouvelle génération garantie une température relativement constante de la pièce. La plupart des produits sont compatibles avec un fil pilote 6 ordres, et possèdent un thermostat ou d’une régulation centralisée (sur sonde de température extérieure par exemple). Certains peuvent détecter une ouverture de fenêtre (brusque chute de température), ou une présence humaine (abaissement automatique de la consigne de température en cas d’absence).

En résumé, le chauffage par radiateur électrique n’est pas une mauvaise solution énergétique pour se chauffer si :
  • les émetteurs sont de bonne qualité
  • les émetteurs sont à inertie et si possible rayonnants
  • son logement est correctement isolé
  • on « pilote » techniquement et intelligemment son chauffage (régulation, délestage, programmation horaire, etc…)


Nous vous remercions pour votre visite !
N'oubliez pas de partager cet article sur les réseaux ...


Publication de commentaires :
Tout message inapproprié (non courtois, injurieux, contenant du spam publicitaire ...) sera retiré.
Pour rentrer en contact avec nous, utilisez uniquement notre mail et non via les commentaires.
Nous vous remercions par avance pour votre participation.