31 janvier 2010

Cycle et secrets de fabrication du granulés bois

Le granulé de bois ou pellet cultive le paradoxe d’être un produit industriel tout en étant un produit naturel ! Mais c’est aussi ce qui en fait sa force. Car à partir d’une matière 100% naturelle, de la sciure brute séchée et compressée, la partie industrielle lui offre la possibilité d’être utilisé dans des appareils de chauffage domestique performants, en garantissant toujours le même granulé, les mêmes dimensions, le même pouvoir calorifique, avec le même taux d’humidité et taux de cendre, et d’enfin de sécuriser l’approvisionnement sur le long terme…

Avant de commencer, rappelons que le granulé est donc un produit 100% bois, bien que certains granulateurs, pour obtenir une meilleure tenue du pellet, mais également un meilleur rendement de fabrication, ajoutent de l’amidon de maïs ou de la lignite (donc toujours des produits naturels), de manière encadrée par les certifications qualité.

Ainsi, comme pour tout produit industriel, des contrôles pendant les différentes phases de production sont nécessaires à l’obtention d’une bonne qualité de produit fini. De plus, dans le cadre d’une production aux normes « NF Granulés bois Haute Performance » ou « DIN Plus », le granulateurs doit faire des contrôles permanents et est soumis à des contrôles inopinés de vérification.

D'ailleurs il faut faire attention à ne pas confondre le granulé premium de qualité haute performance, utilisé pour le chauffage domestique en chaudière ou en poêle, qui est produit localement, et le granulé « électrique » destiné à alimenter des centrales de production d’électricité. Ce granulé est de moindre qualité et peut venir de très loin, des USA par exemple. C’est vraiment un autre produit, un autre marché, mais qui porte le même nom semant fréquemment la confusion.

Alors quelles sont les différentes étapes de fabrication : 
  1. La matière première : elle est issue de résidus de scierie et de déchets de bois, principalement de la sciure, et plus rarement des déchets de coupes écorcés et non traités. Les granulateurs font très souvent aussi parti des scieries, limitant le transport de la matière première. Parfois le granulateur fabrique sa sciure en broyant directement des arbres (par exemple tombés après la tempête Klaus de 2009). 
  2. Transport et Stockage : La sciure, majoritairement issue de résineux non traitée, fait rarement plus de 50km pour arriver à l’usine. Elle est transformée « fraiche », c'est-à-dire ne pas être stockée trop longtemps avant d’être chargée par convoyeurs ou à l’aide d’un godet dans le séchoir. 
  3. Séchage : La sciure est composée à plus de 50% d’eau. Elle doit donc être séchée par un séchoir (phase la plus énergivore) alimenté dans 95% des cas par une grosse chaudière bois, et dans ce cas neutre en CO2. Certaines unités produisent même de l’électricité par cogénération en amont du séchage. 
  4. Broyage : La sciure séchée et les petits copeaux sont passés dans un broyeur-affineur à marteau qui permet d’avoir des fibres de taille homogène. Cette phase de calibrage permet d’obtenir une sorte de farine qui sera brassée dans un mélangeur au dessus de la presse. 
  5. Pressage : La sciure est passée en force dans une filière cylindrique percée de trou de 6mm. Les cylindres de bois sont coupés en sortie de filière à une longueur maximale de 4cm, pour une masse volumique de 650 kg/m3 (5 tonnes de granulés pour une année de chauffage réclament donc un stockage en grevant plus de 7m3 d’un local !) 
  6. Refroidissement et Tamisage : Pour refroidir les granulés, de l’air est soufflé dessus, qui fini d’assurer la bonne dureté et le bon taux d’humidité (5 à 10%) du pellet. Un tamiseur sépare enfin les fines (poussières), afin le conditionnement (sac, big bag, ou vrac). 

Avec toutes ces étapes, quoi que peuvent en dire les détracteurs du chauffage aux pellets, l’énergie nécessaire pour produire et livré le granulé de bois reste faible et majoritairement renouvelable. Pour produire 10 kWh de granulé, il faut dépenser 2 à 3 kWh d’énergie (sans commune mesure avec les énergies fossiles par exemple), dont seulement 0,6 kWh n’est pas d’origine renouvelable (découpe, transport,…), à comparer au 0,3kWh du bois-buche. L’énergie utilisée pour le séchage est très majoritairement le bois. Le granulé bois reste donc un combustible solide très écologique sur toute sa chaîne de production.






ZOOM



Nous vous remercions pour votre visite !
N'oubliez pas de partager cet article sur les réseaux ...


Publication de commentaires :
Tout message inapproprié (non courtois, injurieux, contenant du spam publicitaire ...) sera retiré.
Pour rentrer en contact avec nous, utilisez uniquement notre mail et non via les commentaires.
Nous vous remercions par avance pour votre participation.