2 mai 2009

Réduire de 60% la consommation des bâtiments d’ici 2050

Les bâtiments résidentiels ou commerciaux sont responsables de 40% de la consommation d’énergie mondiale et leurs émissions de gaz à effet de serre sont supérieures à celles du secteur des transports. Selon une étude du World Council for Sustainable Development (WBCSD : Conseil Mondial des Affaires pour le Développement Durable), présentée à Paris le 27 avril dernier, il serait possible de réduire de 60% la consommation d'énergie du secteur mondial du bâtiment d'ici 2050 à condition de suivre une feuille de route articulée autour de 6 recommandations. Le WBSCD regroupe 200 entreprises internationales majeures, parmi lesquelles Bosch, Arcelor Mittal, EDF, Tokyo Electric Power Company, DuPont, GDF Suez…

Pour arriver à cette conclusion, le WBCSD a analysé pendant 4 années de recherche 6 zones (les Etats-Unis, le Brésil, la Chine, l'Europe, l'Inde, et le Japon), qui représentent à elles seules les deux tiers de la consommation d'énergie du bâtiment, à partir d'un modèle informatique prenant en compte des facteurs tels que le climat et l'architecture des régions concernées, en évaluant des millions de bâtiments existant ou à venir. Cette démarche a couté près de 15 millions de dollars et constitue l’étude la plus aboutie jamais menée.

Les 6 recommandations, s’articulant autour de moyens et choix financiers, techniques, comportementaux, et politiques, sont les suivantes :

  • Renforcement de la réglementation et des labels, pour plus de transparence et une meilleure information,
  • Incitations tarifaires et subventions pour stimuler les investissements en efficacité énergétique,
  • Encouragement des approches globales et innovantes au niveau de la conception,
  • Mise au point et utilisation de technologies avancées pour accompagner et encourager les comportements économes,
  • Développement des formations et filières de compétences nécessaires pour obtenir une main d’œuvre spécialisée en économies d’énergie,
  • Mobilisation de la société pour une prise de conscience générale autour des enjeux des économies d'énergie.

« Le marché ne pourra pas à lui seul introduire les changements nécessaires. La plupart des propriétaires et occupants de bâtiments ne sont pas assez informés sur la consommation d’énergie et ne s’en soucient pas suffisamment. Cette inertie est renforcée par les affirmations selon lesquelles les coûts sont trop élevés et les économies trop faibles. C’est pourquoi nous appelons à fournir un effort important, coordonné et mondial. Si nous pouvons faire cela, nous réduirons les émissions de gaz à effet de serre et stimulerons parallèlement la croissance économique » a déclaré Björn Stigson, président du WBCSD.



Nous vous remercions pour votre visite !
N'oubliez pas de partager cet article sur les réseaux ...