31 mai 2009

Attention à la sortie de crise pour les besoins énergétiques

Tout le monde espère bien évidemment que la « fameuse » crise mondiale que nous traversons se termine rapidement. Mais la sortie crise risque aussi de peser lourd sur nos porte-monnaie.

En effet, les ministres de l'Energie du G8, qui étaient réunis à Rome récemment, ont ainsi appelé au maintien des investissements pour anticiper la sortie de crise économique. Car les incertitudes pesant sur les marchés financiers et la réduction de la demande énergétique, freinent les investissements et les avancées technologiques en matière de développement durable.

Or l'offre énergétique va s'avérer insuffisante à la sortie de la crise. L'Agence Internationale de l'énergie estime à 3,5% la baisse de la demande d'électricité dans le monde en 2009 (d’où un maintien relativement bas des prix des énergies). Mais aussi à 21% celle de l'activité exploration et production de pétrole et de gaz par rapport à 2008, de même que l’investissement dans les énergies renouvelables (-38%) alors qu’ils devraient être 6 fois plus élevés pour la production d’énergie verte et 4 fois plus pour l’efficacité énergétique pour répondre aux objectifs climatiques. Ainsi, le risque de voir l'offre manquer à moyen terme va certainement provoquer une hausse rapide des prix de l'énergie lorsque l’activité mondiale repartira (avec des besoins en énergie très important par exemple pour les industries), avec tous ses effets de bord géopolitiques associés (par exemple, moins d'un quart des africains a accès à l'énergie aujourd’hui).

Le redressement économique qui est donc envisagé dans les 12 à 24 mois à venir ramènera la consommation d’énergie à un niveau d’avant crise. Elle devrait même connaître une croissance de 44% entre 2006 et 2030, selon les projections du Bureau d'information énergétique américain (EIA, Energy Information Administration). Les prix du pétrole devraient retrouver des sommets une fois la croissance relancée.

Alors si vous avez pour projet à votre niveau de renouveler par exemple votre installation de chauffage, investissez si possible dans des énergies (solaire, granulés bois) qui vous mettront un peu (en tout cas côté chauffage et eau chaude sanitaire) à l’abri des futures hausses d’énergies traditionnelles.



Nous vous remercions pour votre visite !
N'oubliez pas de partager cet article sur les réseaux ...