2 janvier 2009

Vers une nouvelle politique écologique aux Etats-Unis ?

Alors que les Etats-Unis s’étaient jusqu’à présent toujours illustrés par leur mauvaise volonté en matière environnementale, le 4 novembre dernier, les Américains élisaient le 44e Président le plus « vert » de l’histoire de leur pays. En prenant ses fonctions le 20 janvier prochain à la Maison Blanche, les Etats-Unis devraient (on l’espère tous) connaitre une nouvelle et vraie politique contre le réchauffement climatique, avec notamment une diminution de la facture énergétique et de la dépendance du pays à l’égard des pays exportateurs de pétrole.

Barack Obama devrait donc inaugurer un changement majeur en matière de politique énergétique et environnementale par un programme ambitieux malgré la crise : renforcer l’efficacité énergétique, diversifier les sources d’énergie, réduire les émissions de GES (réduction de 80% des émissions de CO2 des Etats-Unis d’ici à 2050), renouer avec la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC).

Pour atteindre ses objectifs, Barack Obama, qui devra affronter une crise économique et financière grave et relancer la machine économique américaine, a formé une « Green Team » à la Maison blanche, dirigée par deux des plus ardents défenseurs du développement durable : Steven Chu, prix Nobel de physique au département de l’énergie et Carol Browner à la tête de « l’équipe verte ».

Ainsi, pas moins de 150 milliards de dollars devraient être injectés au cours des dix prochaines années dans le développement des énergies renouvelables et la réduction de la consommation de pétrole, entrainant par la même occasion la création à priori de près de 5 millions d’emplois dans le secteur des énergies propres.

Barack Obama devrait étendre au niveau fédéral un système d’échange de droits à polluer, déjà présent dans sept états de la côte Est.

Le président prévoit aussi le développement de véhicules propres et de biocarburants de nouvelle génération. Le marché des voitures hybrides pourrait être ainsi dopé avec la mise en circulation prévue d’un million de véhicules d’ici à 2015, soutenue par un crédit d’impôt à l’achat.

Enfin, Barack Obama s’est engagé à aider les ménages américains à faire face à la flambée des prix à la pompe, ainsi qu’à les aider financièrement pour leurs dépenses de chauffage et d’isolation.



Nous vous remercions pour votre visite !
N'oubliez pas de partager cet article sur les réseaux ...


Publication de commentaires :
Tout message inapproprié (non courtois, injurieux, contenant du spam publicitaire ...) sera retiré.
Pour rentrer en contact avec nous, utilisez uniquement notre mail et non via les commentaires.
Nous vous remercions par avance pour votre participation.